Aller au contenu principal

Viticulture
Distillation : Quelle est la consommation énergétique pour 1 hl d’AP ?

Le BNIC lance une enquête de consommation en distillerie auprès des opérateurs de la filière jusqu’à fin juillet.

Le BNIC est à la recherche de chiffres précis pour mieux connaître l'impact énergétique de la filière cognac.
Le BNIC est à la recherche de chiffres précis pour mieux connaître l'impact énergétique de la filière cognac.
© BNIC

Cinq minutes. C’est le temps qu’il faut pour répondre à l’enquête proposée par le BNIC sur la consommation d’énergie en distillation. « Le questionnaire est très simple. Nous demandons toutes les consommations (gaz, électricité, eau) de la campagne de distillation qui s’est achevée au 31 mars 2023 », explique Corinne Trarieux, responsable du département Process durable et connaissances produits, au BNIC. L’enquête est disponible sur le site extranet(1). Les opérateurs ont jusqu’à fin juillet pour y répondre, mais quelques jours supplémentaires pourront être octroyés. Dans l’idéal, le BNIC aimerait avoir le plus de retours possible afin d’avoir des chiffres plus précis.

« Cela nous permettrait de mieux aider les distillateurs, afin qu’ils consomment moins et donc que leurs factures soient moins élevées pour distiller. L’idée est de voir où sont les marges de progrès, comment peut-on les aider. »

Cette étude rentre dans le cadre de l’objectif de la filière cognac de réduire sa consommation énergétique et ses émissions de gaz à effet de serre, notamment en distillation. Pour la responsable, « cette enquête est un petit maillon du bilan carbone. »

Une prise de conscience

La genèse de cette enquête a débuté en 2021, à l’issue du premier bilan carbone de la filière. « On avait besoin d’avoir quelques données chiffrées. Suite à ce premier bilan carbone, une enquête a été réalisée et réitérée à chaque fois que le bilan carbone était renouvelé », poursuit la responsable. Avec cette collecte de données, le but est d’avoir des chiffres filière avec « un indicateur que l’on puisse suivre qui soit le plus juste possible », de connaître réellement la consommation pour distiller un hectolitre d’AP, mais aussi amener à « une prise de conscience » des distillateurs.

Les deux Charentes comptent 1 300 distilleries et près de 3 000 alambics. « C’est la spécificité de notre appellation, nous sommes sur une multitude de petites structures avec des pratiques différentes », pointe Corinne Trarieux. « Avec cette enquête, on voit quel est le minimum, quel est le maximum et comment fait-on, pour ceux qui consomment le plus, pour les orienter vers ceux qui consomment le moins. » De nouvelles pratiques sont mises en place, de nouveaux équipements sont installés, de l’isolation refaite…, autant de points positifs soulignant la modernisation de la filière.

Même si l’étiquetage carbone se développe, le secteur des spiritueux n’est pour l’instant pas concerné. « Mais », rappelle Corinne Trarieux, « le but est d’être le plus vertueux possible. » Les consommateurs le demandent, et tôt ou tard, la réglementation pourrait suivre.

 

(1) L’accès à l’enquête est possible depuis le site extranet du BNIC « pro.cognac.fr » ou sur simple demande auprès du Pôle tech­nique et développement durable : Corinne Trarieux (ctrarieux@bnic.fr) ou Vincent Wilhelm (vwilhelm@bnic.fr).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité