Aller au contenu principal

« Les habitants sont ravis de retrouver un fleuriste »

  

À 17 ans, Gary Frecon a ouvert son magasin de fleurs avec sa maman Lauriane.
© Marine Nauleau

À 200 mètres de « l’Armoire de Lily », « Physalis » est le seul fleuriste de Dangé-Saint-Romain. Lauriane et Gary Frecon, mère et fils, ont ouvert le magasin début février. Elle, auparavant employée dans l’administration, lui, sortant de l’école horticole de Thuré. La famille habite à Thuré mais est originaire de Saint Étienne, arrivée il y a 7 ans dans la région. Ils ont découvert la commune à l’occasion de la brocante de juillet. « On a eu un coup de cœur pour cette boutique » explique Lauriane Frecon qui a passé son CAP fleuriste pour se lancer dans l’aventure avec son fils. « Les habitants nous disent que ça fait plaisir de revoir un fleuriste à Dangé. Le dernier a fermé il y a 4 ans. Ça leur évite de prendre la voiture pour un bouquet ou une plante. Pour nous, c’est plus agréable d’être ici que dans une grande ville. On connaît les clients » souligne Lauriane Frecon. « Moi ce que j’aime, c’est la création. Le bouquet ou la composition sur-mesure » explique Gary Frecon qui tient à proposer des fleurs de saison. Il est encore à la recherche de différents fournisseurs. « On aimerait aussi privilégier la fleur française mais elle a un coût et on ne sait pas encore si les consommateurs l’accepteraient » complète Gary Frecon. Pour les plantes extérieures, ils s’approvisionnent auprès d’un pépiniériste de Châtellerault.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Il est important de distinguer la fusariose du microdochium (exemple ci-dessus), qui ne produit pas de mycotoxines toxiques pour les êtres humains.
Il est encore tempsde protéger les épis tardifs

Les conditions humides courant montaison et les pluies répétées ont pu favoriser le développement de l'inoculum initial, et…

Publicité