Aller au contenu principal

Caprin
Maîtriser la reproduction sans utiliser d’hormones exogènes

Le contrôle laitier guide les éleveurs vers des alternatives aux traitements hormonaux. Parmi les techniques permettant de maîtriser la reproduction, Bernard Leboeuf de l’INRA, de Rouillé, présente son travail sur « l’effet bouc ».

Fin décembre, soixante à soixante-dix éleveurs participaient à la réunion technique organisée 
par le contrôle laitier à Exoudun.
Fin décembre, soixante à soixante-dix éleveurs participaient à la réunion technique organisée
par le contrôle laitier à Exoudun.
© DR

La technique n’est pas tout à fait au point, mais Bernard Leboeuf de l’INRA a bon espoir. « L’effet bouc », la technique naturelle pour grouper les chaleurs, est l’objet d’un programme expérimental. Les premiers résultats sont contrastés. Fin décembre, soixante à soixante-dix éleveurs participaient à la réunion technique organisée par le contrôle laitier à Exoudun. Le sujet intéresse.
« Associée à une pose d’éponge, l’introduction d’un mâle dans un groupe d’une quinzaine de chèvres, sur la période d’avril à août, produit le même effet que la PMSG », présentait le chercheur. Chez 97 % des sujets, l’oestrus se déclenche entre J0 et J4 et l’ovulation entre J0 et J4. « Une IA pratiquée 52 heures après l’introduction du bouc permet d’obtenir un taux de fertilité de 62,3%. Soit le niveau moyen du traitement hormonal. »

Eviter les traitements hormonaux
Intéressants, ces résultats ne satisfont pas totalement Bernard Leboeuf dont l’objectif est de trouver des alternatives à l’utilisation des traitements hormonaux pour la reproduction en troupeau laitier.
« Les nouvelles éponges dosées à 20 mg de FGA interdisent la commercialisation du lait pendant 36 heures. Trois traites.  Les anciennes éponges ont une autorisation de mise sur le marché vieille d’une vingtaine d’années. Jusqu’à quand leur utilisation sera-t-elle tolérée ? », pose le chercheur déterminé à anticiper, dans l’intérêt des éleveurs.
La suppression des hormones n’offre pas aujourd'hui de résultats acceptables pour les éleveurs. Le taux de fécondité est inférieur de treize points à celui obtenu avec les progestagènes. « Le moment de l’ovulation est variable. Plus ou moins 48 heures. » Comment sur une telle durée positionner l’insémination artificielle pour qu’elle soit efficace ? Bernard Leboeuf se penche sur la question. Il évoque la possibilité de doubler systématiquement les IA. Afin d’augmenter le facteur chance…
Entendue par les éleveurs, cette hypothèse ne séduit pas. Pénibilité et coût de l’opération rebutent les producteurs pourtant sensibles au travail conduit. Un encouragement pour Bernard Leboeuf qui dans les mois à venir va se concentrer sur la détection du phénomène d’oestrus. La fiabilité des résultats à ce stade du processus de reproduction aidera, selon le chercheur, à améliorer le taux de fécondité sans faire appel aux hormones exogènes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité