Aller au contenu principal

Portrait
Gaëlle, la « belle des prés » saintongeaise

Viticultrice au Douhet, Gaëlle Daniaud figure dans le calendrier 2022 des « Belles des prés ».

Gaëlle Daniaud, en hiver, dans ses vignes.
© Philippe Brégowy

Depuis 2018, le calendrier « belles des prés » met en valeur des jeunes agricultrices de tout le pays. C’est un photographe de Haute-Garonne, Yohann Baxt, qui a eu cette idée. Son ambition ? « Montrer que l’agriculture ce n’est pas que des hommes costauds devant des gros tracteurs ! C’est aussi des petits de bout de femme devant ces mêmes tracteurs », lâche en souriant le créateur des « belles des prés ».

Pour l’édition 2022, une charentaise-maritime est à l’honneur. Viticultrice près de Saintes, Gaëlle Daniaud avait entendu parler de ce calendrier par Sophie Renaud (miss France agricole 2021, exploitante agricole à Saint-Pardoult). La jeune femme a trouvé l’idée « sympa ».

 Une partie des bénéfices est en effet versée à l’association coup de pouce qui donne …des coups de pouce à des agricultrices ».

Cette mère de famille de 29 ans possédait déjà une expérience dans le domaine des concours de beauté. « En 2010, j’avais été dauphine de Miss Saintes », se remémore la Saintongeaise. Réservée, elle n’a pas hésité quand il s’est agi de prendre la pose au milieu de ses vignes. « Je voulais quelque chose de sympa, et ne pas montrer de sous-vêtements », révèle Gaëlle qui avait évoqué ce projet avec son compagnon et ses enfants. « Je pense qu’ils sont contents du résultat ».

Si Gaëlle a dit oui, c’est aussi parce que ce calendrier sert une belle cause. « Une partie des bénéfices est en effet versée à l’association coup de pouce qui donne …des coups de pouce à des agricultrices », confirme Yohann Baxt. La prise de vue a eu lieu au printemps dernier. « Cela avait bien pris une demi-journée », se souvient la mannequin d’un jour.

Je l’ai pris comme un challenge personnel, je voulais me prouver que j’étais capable de le faire ».

L’expérience était intéressante. « Je l’ai pris comme un challenge personnel, je voulais me prouver que j’étais capable de le faire », confie Gaëlle Daniaud, née

Gaëlle a pris la pose pour l’arrivée du printemps.
© Belles des prés

dans une famille où l’agriculture est très présente. A la tête de sept hectares de vignes, dont cinq en fermage, la jeune femme s’éclate en pratiquant le métier qui la faisait rêver enfant. Elle a plusieurs projets en tête et souhaite développer son activité.

Son but c’est de « posséder son propre chai ». Elle ne souhaite pas pour autant griller les étapes. « Je suis autodidacte, j’ai beaucoup travaillé en saison dans les vignes et je suis très attentive aux conseils de ma tante Sylviane, viticultrice à Bussac », ajoute Gaëlle Daniaud, qui a pris la pose pour illustrer l’arrivée du printemps.

Ambitieuse, elle estime que les femmes ne sont toujours bien considérées dans le milieu agricole. « On m’a souvent pris de haut …mais ce n’est pas grave, je travaille et j’aime apprendre des conseils des autres ». La jeune femme utilise d’ailleurs les réseaux sociaux pour enrichir ses connaissances professionnelles. Cette exposition dans un calendrier ne lui a pas généré de stress particulier. « J’ai fait confiance aux professionnels qui sont venus faire les photos… » conclut Gaëlle Daniaud.

Le calendrier « belles des prés » en vente sur internet www.bellesdespres.com. 18,90 euro l’exemplaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité