Aller au contenu principal

La Néthanisation, nous connaissez?

La méthanisation, qui a largement progressé ces dernières années en France, pourrait carrément exploser, avec un nouveau gisement de 69 000 tonnes, tout juste mis en évidence, qui va de plus permettre d'impliquer chaque citoyen.

Sous les dômes de méthanisation, il y avait déjà des effluents d'élevage, des déchets alimentaires, des issues de céréales, et il y aura bientôt... des crottes de nez.  Non, vous ne rêvez pas! Une étude prospective vient en effet de montrer que près de 69000 tonnes de mucus pourraient être disponibles ( à raison de 2 à 4 g par jour et par habitant de l'hexagone). La collecte pourrait de plus pratiquement doubler en cas d'épidémie de grippe et être multipliée par dix en cas d'épidémie nationale de rhume de cerveau.  "Malheureusement 25 % des gens, principalement des hommes , mangent leurs crottes . Cela fait 9000 tonnes perdues. Après une intense campagne de sensibilisation on pourra certainement en récupérer la moitié. L'autre moitié, les irréductibles, continueront de consommer avec délectation d'autant plus qu'ils ne se donnent pas la peine de rouler la boulette, ils les mangent fraiches. Certains même rajoutent quelques gouttes de citron ou parfois une petite vinaigrette aux échalottes" détaille Francis Dupoisson, un des auteurs de l'étude. 

Contrairement aux autres gisements, la question de la collecte se pose, vu le nombre d'apporteurs, mais l'étude avance des pistes. " Pour commencer, tous les foyers recevront une boite en carton recyclé de 200 mm x 200 mm x 100mm". C'est dans ce collecteur, dont le coût est estimé à 1,2 € pièce, que chaque citoyen pourra déposer sa récolte journalière. "La technique est simple mais la plus efficace commence en se coupant les ongles. Il s'agit de laisser 2 mm à l'index de façon à curer en une seule fois et complètement la narine".  La première opération effectuée , il faut faire rouler plusieurs fois la matière entre le pouce et l'index jusqu'a ce qu'elle se transforme en boulette. "Quand elle ne colle plus aux doigts, on peut la déposer dans la boite par le trou du couvercle." 

Tous les 6 mois, quand la boite sera pleine, "il suffira d'aller la déposer à un lieu d'acheminement où chacun pourra scanner le QRcode qui se découvre sur la languette qui referme la boite." En se connectant à l'application # tousnéthaniseurs, les donateurs pourront se connecter sur le compteur électrique qui défalquera de leur consomation les kw/h correspondant à un tiers de la production dénergie permise par la livraison .

 180 Nm3 de CH4 par t de MS

Les boites seront ensuite collectées par une tournée d'agriculteurs impliqués dans la station de méthanisation la plus proche. "Le risque de se faire voler des boites pendant le transfert est quasi nul car si manger ses propres crottes de nez c'est déjà particulier, manger celles des autres c'est impossible" rassure l'auteur de l'étude. Arrivées chez les méthaniseurs AAMF  et pour celles de Poitiers chez les adhérents de VAM, les boîtes seront versées directement dans l'incorporateur suivi d'une hygiénisation, " car on est sur du sous produit animal de catégorie 2". Ces 69000 t / an vont nourrir 30 méthanisations vertueuses à raison de 2200 t chacune. Le potentiel méthanogène des boites de crottes est de 180 Nm3 de CH4 par t de MS ce qui fait 327 Nm3 de biogaz. En mélange avec 6000 t d'effluents d'élevage pour permettre aux méthaniseurs de conserver leur prime, cela représenterait une puissance de 350 kw qui totalisera à l'année 3000 MW/h multiplié par les 30 installations, soit pas moins de 90 TW/h  par an, auxquels s'ajoutent 500 maisons chauffées et 150 piscines, sans oublier les 12 000 ha de terres fertilisées. "C'est le plus court des circuits courts" assure le scientifique, qui estime aussi que ce gisement permettra l'apparition de nouveaux petits métiers. "En effet , bon nombre de personnes vont externaliser l'opération de curage et de formation de la boulette. Ils seront payés de moitié dans la récolte  On verra alors circuler de part les rues et les maisons  des Ubertrousdnez qui créerons également du lien social". Chaque habitant sera fier de participer à la souveraineté énergétique du Pays.

 

🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟Vous l'aurez compris, cet article est un poisson d'avril, qui a été imaginé par Francis Claudepierre, ancien président des Méthaniseurs de France, et qu'il avait présenté lors des 10 ans de Valeurs Agri Metha, le 22 mars dernier. Merci à lui !

🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité