Aller au contenu principal

Le chevreau à l’épreuve des papilles des consommateurs

Afin de faciliter l’achat de viande de chevreau, l’Institut de l’élevage mène actuellement un travil sur les possibilités de découpe. C’est dans ce cadre qu’une enquête auprès des consommateurs s’est déroulée cette semaine à Melle et à Potiers.

© Vienne rurale

«Je n’ai jamais acheté de chevreau... sûrement par manque d’habitude », lance Anne Leboeuf. En ressortant mercredi après-midi du centre de conférences de Poitiers, cette habitante de la capitale poitevine avouait son envie de se mettre à cuisiner cette viande. Avec une vingtaine d’autres consommateurs, elle a goûté quatre morceaux différents de chevreau, puis jugé ce qu’elle venait de déguster, mais aussi la découpe et la présentation d’un morceau cuit. 

Dans le box d’à côté, Christian Gropéron avoue, lui, qu’il n’avait pas apprécié la première fois qu’il avait goûté du chevreau. « C’est un produit différent. Je pense qu’il faut trouver un équilibre entre le goût du chevreau et ce qui l’accompagne ». Et ce qui lui a plu lors de la dégustation, ce sont les morceaux de sauté. Des morceaux rapides à cuisiner, mais quasiment inexistants sur le marché. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un enrobé végétal sur une portion de route en Deux-Sèvres

C’est un chantier un peu particulier qui s’est déroulé la semaine dernière dans la zone d’activité de l’…

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Publicité