Aller au contenu principal

Journée technique
Les conseils d’un pionnier de l’ACS sur les couverts végétaux

Frédéric Thomas, agronome reconnu à l’international, est intervenu le 11 juin lors d’une plateforme organisée par Aquitabio. Il a présenté les bienfaits des couverts végétaux, en insistant sur le temps long dans lequel ils s’inscrivent.

Frédéric Thomas, agriculteur et agronome, lors de son intervention sur la plateforme d’Aquitabio, le 11 juin, à Availles-sur-Chizé.
© Léa Calleau

Deux thermomètres, l’un planté dans un sol nu, l’autre à moins d’un mètre, sous un couvert de pois chiche, phacélie et autres légumineuses. Le verdict tombe au bout de quelques minutes : il fait 20,4°C sous les plantes et 27°C au soleil. Ce test, c’est Frédéric Thomas, agriculteur et agronome reconnu pour son expertise en conservation des sols et, de fait, en couverts végétaux, qui l’a réalisé lors d’une journée technique organisée par Aquitabio, à Availles-sur-Chizé, le 11 juin dernier. Une centaine de participants ont fait le déplacement pour assister aux différents ateliers. Dans une fosse pédologique, Frédéric Thomas a parlé aux agriculteurs de fertilité, minéralisation et climat.

L’eau et les couverts végétaux

La prise de température dans le sol est une preuve de l’importance d’une couverture végétale maximale sur l’année.

« Entre un sol nu et un sol couvert, il peut y avoir jusqu’à 15°C de différence. C’est variable selon les plantes, leur biomasse », explique l’agronome. Cette pratique conserve ainsi l’humidité dans le sol : « S’il pleut sur une poêle à frire, la moitié de l’eau va s’en échapper… Alors qu’un sol couvert va garder l’eau ».

À plus large échelle, l’agriculteur agit directement sur le climat : « L’été, un sol nu est un point chaud. Les courants d’air ascendants font monter les orages, qui peuvent se décharger en orage ou en grêle, selon leur hauteur, explique-t-il. La plaine finit par devenir un point chaud géant, il ne pleut plus ».

La fertilité et les couverts végétaux

Non, les couverts végétaux ne sont pas des « engrais verts », corrige l’agriculteur, pour qui cette expression est surfaite. Frédéric Thomas préfère parler d’amendements organiques. « Quand on joue avec de l’organique, on est sur du temps long. La croissance de l’activité biologique est lente. Une feuille de luzerne en décomposition fournit de l’azote net. Il faudra sept ans pour retrouver cet azote dans la moitié de la parcelle. C’est terrible » !

Alors que l’engrais fertilise la culture dans l’immédiat, les couverts végétaux forment un stockage. « Leur rôle est d’enrichir le système, progressivement ». Leur action est indirecte sur la culture suivante. Les légumineuses ne nourrissent pas les céréales directement en azote, mais elles font progresser la structure du sol et peuvent avoir d’autres bénéfices (effet barrière contre les adventices et les insectes, biomasse…).

L’agronome rappelle que la première source de fertilité d’une plante se trouve dans la graine. « La taille de la graine fait toute la différence, insiste-t-il. Une graine de colza de 2 g ou de 6 g va décoller différemment. Dans le sol, la graine analyse très vite la disponibilité des minéraux qui vont lui servir. Tout est écrit dès l’hiver ».

Cultures et climat

Quoi qu’il fasse, un céréalier aura toujours de meilleures performances avec des céréales de printemps plutôt que celles d’hiver, assure Frédéric Thomas. « Le blé d’hiver n’est pas une culture adaptée à l’écosystème de cette région. Ici, la nature fait naturellement des arbres. Les plantes sont ainsi décalées par rapport au rythme de la minéralisation. Celle-ci arrive toujours en retard, après le besoin ».

Frédéric Thomas, pionnier des techniques culturales simplifiées (TCS)

Fondateur et rédacteur en chef de la revue TCS, premier président de l’association BASE, Frédéric Thomas est agriculteur en Sologne sur les terres familiales. Dans des conditions de sol difficiles, sable en surface et argile imperméable en profondeur, il a mis en œuvre et progresse depuis vingt-cinq ans dans un système fondé sur l’agriculture de conservation et l’agroécologie (semis direct, TCS et strip-till, couverts végétaux et couverts permanents, cultures associées et plantes compagnes, rotation longue, compostage…). Au fil des années, d’autres producteurs l’ont rejoint pour créer ce qui est devenu un véritable écosystème de production intégrant des cultures, des bovins, des ovins et peut-être demain, des volailles et du vin. Il est co-auteur, avec Matthieu Archambeaud, du livre Les couverts végétaux. Ils ont également écrit l'ouvrage Les sols agricoles paru en 2016 aux Éditions France Agricole. Le portail de l'agriculture de conservation est accessible ici.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité