Aller au contenu principal

Main d’œuvre
Le salarié polyvalent : dur à trouver, dur à garder

Quand il y en a de bons, ils partent tout de suite. Les salariés expérimentés en caprin manquent sur le marché. La Covid a, en plus, empêché la tenue de forums Emploi qui auraient pu amener leur lot de candidats. En attendant, les exploitants se débrouillent.

Trouver un salarié à la fois autonome et expérimenté pour la traite et l’alimentation du troupeau, cela s’apparente parfois à trouver une aiguille dans une botte de foin.
© D. Hardy / Réussir

Comme tout élevage laitier, la conduite d’atelier caprin implique une gestion de la traite chronophage, qui nécessite de trouver des relais pour durer dans le temps. « La meilleure gestion de l’astreinte est un levier pour relancer la filière » estime même Christophe Aubin, du pôle transmission de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres.

Chez Catherine et Gilles Amiot, à Chey, le besoin de salariés a évolué à mesure que les années passaient :

« Nous avons fait d’autres métiers avant de nous installer il y a 35 ans. Nous connaissions la vie avec des temps off et voulions en avoir encore », expliquent-ils.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité