Aller au contenu principal

Droits et devoirs
La taille et l’arrachage de haies seulement possibles à partir du mois d’août

© Agri 44

Une recrudescence des tailles et arrachages d’arbres et de haies (unité linéaire de végétation ligneuse, de longueur et de hauteur variables, de largeur inférieure à 10 mètres) a été constatée ces dernières semaines au niveau national. Cette impatience de la part des exploitants agricoles s’explique principalement par des récoltes précoces cette année.

Pour rappel, à partir de la mi-mars, la saison de nidification commence. En plus de permettre d’héberger de nombreuses espèces protégées, elles ont un rôle important dans la prévention des risques naturels et jouent le rôle de brise-vent. À ce titre, elles sont protégées dans le cadre de la Pac via les bonnes conditions agricoles et environnementales (BCAE) et tous les exploitants agricoles sont concernés par le respect de cette réglementation.

Deux points de contrôles seront vérifiés lors d’un éventuel contrôle. Le premier porte sur le maintien des particularités topographiques (interdiction d’arrachage sans compensation des haies, maintien des arbres, bosquets et des mares). Le second porte sur la taille des haies et des arbres.

Ainsi, il est vérifié l’absence de taille des haies et des arbres entre le 1er avril et le 31 juillet inclus. Il est cependant précisé, s’agissant des modalités de mise en œuvre de l’interdiction de taille des haies et des arbres, que :

• il n’y a pas de sanction si la taille intervient pour des raisons de sécurité imposées par une autorité extérieure (et en garder une trace écrite) ;

• l’entretien reste possible au pied des haies pour éviter le désherbage chimique, sans tailler les branches ;

• la taille d’une branche reste possible en présence d’un problème particulier (branche qui touche une clôture électrique par exemple).

Le non-respect de l’interdiction de taille des haies et des arbres entre le 1er avril et le 31 juillet entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides Pac.

La police de l’environnement (les agents de la DDT et de l’Office français de la biodiversité) est en charge de la constatation des infractions de ce type. Les contrevenants sont également passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende pour atteinte à la conservation d’espèces animales non domestiques et pour destruction de leur habitat. La vigilance est donc de mise.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité