Aller au contenu principal

Conversion
La ferme du lycée Jacques Bujault passe au bio

Neuf ans après la décision de passer l’ensemble des surfaces et les trois troupeaux en agriculture biologique, le lycée de Melle va aboutir d’ici un an à la conversion totale.

La conversion du troupeau de 400 chèvres, des Saanen et des Alpines, doit être lancée dans les trois à six mois.
© Léa Calleau

L’exploitation du lycée agricole de Melle se convertit peu à peu à l’agriculture biologique. Après les 165  ha de surfaces et les 180 brebis de race vendéenne en 2015, ce sont les 400 chèvres et le troupeau de 50 Parthenaises qui vont passer en élevage bio au cours de cette année.

 Nous avons acté le passage en bio en 2012, rappelle Denis Boulenger, le directeur de l’exploitation.

À ce moment-là, plusieurs contraintes ont limité la conversion : le centre de formation voulait garder un pluralisme dans les techniques d’élevage, poursuit-il. Il n’y avait pas de collecte de lait bio au sein de la CLS, la coopérative laitière avec qui nous avons noué un partenariat de longue date. Des contraintes techniques liées à la structure des bâtiments, au pâturage nous ont aussi restreints ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité