Aller au contenu principal

Amexa : des cotisations sociales plus modulables

La réduction dégressive de la cotisation Amexa a été renforcée. Les JA peuvent en bénéficier sur option.

© MSA

La loi du 16 août 2022 portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat a renforcé la réduction dégressive de la cotisation maladie-maternité (Amexa) applicable aux chefs d’exploitations et d’entreprises agricoles qui exercent leur activité à titre exclusif et principal. Ainsi, les exploitants dont les revenus professionnels ne dépassent pas 16 454 € en 2022 ne sont plus redevables de la cotisation Amexa. Afin de bénéficier de cette mesure, les jeunes agriculteurs peuvent désormais renoncer au bénéfice de l’exonération partielle des cotisations sociales à laquelle ils ont droit pendant cinq ans.

Dégressivité de la cotisation

Jusqu’à présent, le taux de la cotisation Amexa s’élevait au minimum à 1,5 %. Le taux augmentait progressivement, en fonction du revenu, pour atteindre 6,5 % lorsque les revenus étaient supérieurs à 110 % du plafond annuel de la sécurité sociale (PASS). À compter de 2022, aucune cotisation n’est due pour un revenu inférieur à 40 % du PASS (16 454 € pour 2022), puis le taux augmente progressivement pour atteindre 6,5 % lorsque les revenus sont supérieurs à 110 % du PASS (45 250 € pour 2022).

JA : la dégressivité sur option

Auparavant, les jeunes agriculteurs qui bénéficiaient des exonérations partielles de cotisations sociales ne pouvaient pas faire valoir la dégressivité du taux de la cotisation Amexa et des prestations familiales. Le taux de la cotisation Amexa s’élevait alors à 6,5 % et celui des prestations familiales était fixé à 3,1 %, quelle que soit l’importance des revenus. Or, dans certains cas, l’application des exonérations partielles de cotisations était moins favorable que l’application d’un taux modulé d’Amexa et de prestations familiales.

À compter de 2022, les nouveaux installés ont la possibilité d’opter pour la dégressivité des taux de la cotisation Amexa et des prestations familiales. Pour 2022, la date limite d’option est fixée au 7 octobre. L’option vaut renonciation irrévocable et définitive à l’exonération partielle « jeune agriculteur » pour 2022 et les années suivantes. Il est préférable de se rapprocher de son conseiller comptable afin de mesurer l’intérêt de cette option.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Grâce aux parts prises dans la société, l'exploitant percevra des intérêts et dividendes pendant toute la durée de l'engagement, qui court sur 30 ans. Une façon de créer un complément de retraite issu des énergies renouvelables.
Une société pour partager la valeur du photovoltaïque

La Fnsea 79 poursuit son programme d'accompagnement des agriculteurs au photovoltaïque. Une société dédiée est en cours de…

Christophe LIMOGES, élu Président du Syndicat des Laiteries Charentes-Poitou

Mardi 9 avril, le conseil d'administration du Syndicat des laiteries Charentes-Poitou s'est réuni et a…

Publicité