Aller au contenu principal

Installation
Un jeune agriculteur pour parler aux jeunes, sans langue de bois

Les Jeunes Agriculteurs 17 ont organisé des portes ouvertes, lundi 4 avril, chez Clément Chevallier, éleveur de bovins lait à Torxé.

Clément Chevallier (à droite) est installé depuis deux ans en Gaec avec sa mère. Une expérience qu’il a partagée avec des élèves du lycée St-Antoine.
Clément Chevallier (à droite) est installé depuis deux ans en Gaec avec sa mère. Une expérience qu’il a partagée avec des élèves du lycée St-Antoine.
© Léa Calleau

Un jeune éleveur de vaches laitières, ça ne court pas la campagne en Charente-Maritime. C’est pourquoi les Jeunes Agriculteurs 17 ont décidé d’organiser, le 4 avril, leurs portes ouvertes dédiées à l’installation chez Clément Chevallier, installé depuis deux ans sur l’exploitation familiale, à Torxé. Face à une dizaine d’élèves de seconde du lycée Saint Antoine, Clément a raconté son parcours, ses réussites et les embûches rencontrées en chemin. « Après un bac pro CGEA à Melle, j’ai fait une première année en BTS Productions animales, mais j’ai dû arrêter parce qu’il n’y avait pas assez de main-d’œuvre sur la ferme. » À 23 ans, le jeune éleveur a pris la place de son oncle lors de son départ à la retraite et forme aujourd’hui un Gaec avec sa mère, le Gaec Champagné. Ils élèvent 115 prim’hoslteins, dont 51 à la traite, et comptent augmenter la taille du cheptel dans les prochaines années.

« Quand faites-vous le bouclage des veaux ? Vous faites venir un taureau pour la reproduction ? L’ensilage, vous l’achetez ou vous le produisez vous-même ? » le questionnent les élèves, qui ont eux aussi le désir de s’installer un jour en élevage.

Sur le groupe, une seule est issue du milieu agricole. Les autres découvrent peu à peu le vocabulaire et les sigles, comme ‘‘EARL’’ et ‘‘DJA’’, et rencontrent pour la première fois le syndicat des Jeunes Agriculteurs, représenté par son nouveau président, Mathieu Cerf. Sont aussi présents le technicien de Terre Atlantique qui accompagne Clément dans la conduite de ses 127 ha de SAU, Franck Martinet, et Nathalie Duchiron du Point Accueil Installation Transmission (PAIT), qui revient sur le parcours de l’éleveur : « Clément a poussé la porte du PAIT en mars 2018. Il a réalisé un autodiagnostic en juillet et a rencontré les conseillers de la chambre en septembre. Il a réalisé différents stages et son projet a été validé en juin 2019. Il est passé en CDOA en avril 2020 et la commission a rendu son avis en juillet 2020. Le parcours a duré plus de deux ans », souligne-t-elle pour faire comprendre aux jeunes qu’une installation se construit dans la durée.

Du projet à la réalité

Entre l’idée de l’installation et sa réalisation, il y a une différence, même pour une personne issue du milieu agricole. Clément avait pour projet d’investir dans un robot de traite : « J’ai fait six prévisionnels à la banque, qu’elle a refusés. La salle de traite n’est pas adaptée à ma taille. Elle est faite pour ma mère et ma grand-mère qui travaillait là avant. On est là dès six heures le matin jusqu’à 20 heures le soir. J’ai envie d’avoir une vie à côté. J’ai des loisirs, je joue au rugby. Le robot de traite me permettrait de me dégager du temps », regrette-t-il, même s’il espère faire cet investissement dans les prochaines années. Clément avait aussi un projet de transformation : « Je voulais faire un petit atelier de transformation avec uniquement fromages, yaourt et fromage blanc. Un conseiller m’a suggéré d’attendre avant de le mettre en place. »

Le jeune éleveur a tout de même une fierté : la mise au pâturage du troupeau. Ses prairies sont groupées autour de la ferme, si bien que les vaches ont accès au bâtiment jour et nuit. « Je n’ai pas eu un fil de cassé ! Les vaches sont habituées, elles avaient un parcours avant. J’ai cinq paddocks et je décale le fil tous les jours. L’été, elles préfèrent rester sous les brumisateurs dans le bâtiment et elles sortent la nuit. » Il n’a pas vu d’effet sur le volume au tank, mais l’alimentation à l’herbe joue en revanche sur les taux. Il a également observé la propreté des vaches : « On va beaucoup plus vite à la traite. Une mousse et c’est parti. Elles sont aussi bien plus calmes. » Clément est fier de cette nouvelle étape qu’est le pâturage pour atteindre une plus grande autonomie. Une illustration concrète du bien-être animal pour les jeunes candidats à l’installation présents ce jour.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Il est important de distinguer la fusariose du microdochium (exemple ci-dessus), qui ne produit pas de mycotoxines toxiques pour les êtres humains.
Il est encore tempsde protéger les épis tardifs

Les conditions humides courant montaison et les pluies répétées ont pu favoriser le développement de l'inoculum initial, et…

Publicité