Aller au contenu principal

Un élève de Loudun se prépare à faire le meilleur croissant de France

  Un élève de la Vienne s’est qualifié samedi dernier pour la finale nationale du concours du meilleur croissant au beurre d’Isigny.

Alors qu’on met en général moins de 5 minutes pour en déguster un, fabriquer un croissant dans les règles de l’art prend au moins 5 heures. Deux heures pour le tourage et le taillage, deux heures de pousse et une heure de cuisson. La viennoiserie, qui est toujours la préférée des Français, demande évidemment du beurre ( et du bon!), mais pas seulement. «Il faut des bons produits évidemment, mais la différence entre un bon et un mauvais croissant, ce n’est pas forcément la recette, mais la maîtrise de la technique» expliquait Valentin Trastet, formateur au CFA de la Chambre des Métiers de la Vienne, samedi matin. Face à lui, 18 apprentis venus de Charente, Charente-Maritime, Cher, Indre, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Deux-Sèvres et Vienne ont investi dès 10h le laboratoire du campus des métiers, pour la sélection régionale du concours du meilleur croissant d’Isygny-Sainte-Mère. Ils sont venus avec leur détrempe, leur rouleau à pâtisserie mais aussi leurs ustensiles. Et c’est l’organisation (l’association nationale des professeurs de boulangerie, associée pour ce concours à la coopérative Isigny-Sainte-Mère) qui leur a fourni un des éléments les plus importants: le beurre.

Quatre élèves de la Vienne étaient sur les rangs, dont 2 du CFA de la Chambre des métiers et 2 du lycée Marc Godrie de Loudun. «Je n’ai rien à perdre!» lançait Paul Jover, quelques minutes avant le début de l’épreuve. En CAP boulangerie à Poitiers et apprenti à Dissay, il s’était tout particulièrement entraîné dans la boulangerie où il travaille, et se réjouissait du gain d’expérience que cela représentait pour lui. En fin de journée, le jury a désigné les deux meilleures productions, en jugeant la maîtrise des produits, les qualités organo- leptiques, mais aussi la présentation. «Un croissant, ça doit être courbé! Pour qu’on ait cette petite pointe croustillante qu’on adore tous!» a rappelé Valentin Trastet. Parmi les 2 sélectionnés pour la finale nationale, qui se tiendra en juin à Caen, un des élèves du lycée Marc Godrie de Loudun la Vienne: William Rosamont.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Publicité