Aller au contenu principal

Viande
Un boucher royannais distingué par Limousin Promotion

Installé sur le marché de Royan depuis douze ans, Alain Patour a été distingué par l’association de promotion des viandes de race limousine.

Alain Patour (au centre) a reçu le trophée mardi 31 janvier au marché de Royan.
Alain Patour (au centre) a reçu le trophée mardi 31 janvier au marché de Royan.
© Philippe Brégowy

Limousin Promotion (6490 éleveurs et 2145 points de vente en France en 2022) récompense ses meilleurs distributeurs de l’année en leur remettant leurs trophées Blason d’Or ou Qualité d’Or. La remise du prix Blason d’Or 2022 dans la catégorie agneau à Alain Patour a eu lieu mardi 31 janvier au marché central de Royan. Alain Patour est installé en tant que boucher au banc 84 du marché central de Royan depuis 12 ans. « J’ai appris mon métier par un apprentissage en boucherie à Fouras, j’ai exercé ce métier dans la région avant de m’installer en Haute-Savoie », raconte celui qui va souffler ses 60 bougies dans quelques mois.

Après avoir passé une grande partie de sa carrière à son compte en tant que boucher-charcutier-traiteur dans différentes stations de ski, il a décidé de revenir à Royan (sa ville d’origine). En 2011, il reprend la boucherie Charentaise à Royan. L’entreprise familiale (Alain et Valérie Patour et leur gendre Mathieu Creugnet) a rapidement trouvé ses marques dans le marché royannais. « La clientèle apprécie nos conseils et le bouche à oreille est excellent. Quand j’ai repris l’affaire, le chiffre d’affaires était de 140 000 euros, en 2022, nous en étions à 600 000 euros », révèle le boucher qui travaille sa viande directement sur son banc au marché royannais. « J’arrive le matin à 3h30 pour tout préparer et ensuite stocker dans ma chambre froide avant de mettre en vente », poursuit le boucher, heureux d’avoir été récompensé par Limousin promotion.

Des clients sensibles aux récompenses

Cette boucherie ne vend que de la viande de bœuf, de veau, de porc et surtout d’agneau du Limousin IGP Fleur de Limousin depuis 2016. « Les agneaux du Limousin sont de très beaux agneaux entre 20 kg et 23 kg bien conformés qui donnent des morceaux de bonne taille très appréciés des clients », précise le boucher qui fait appel à la société viandes du Limousin sud pour se procurer de l’agneau et du veau. « Pour le bœuf, je me sers chez un éleveur de Saint-Just », complète Alain Patour.

Même si le bœuf est toujours le plus vendu sur son banc, le veau et l’agneau sont très appréciés par les habitants du pays royannais. « Les clients sont très friands d’épaule d’agneau pour les tajines…Mais je recommande aussi la poitrine d’agneau désossé grillé, c’est délicieux », déclare le boucher, heureux de cette distinction. « C’est toujours un plus pour l’entreprise que d’obtenir une récompense, la clientèle y est sensible », conclut Alain Patour qui avait déjà été distingué dans le passé pour de l’agneau du Poitou-Charentes et du veau de Brive.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Publicité