Aller au contenu principal

Interview
« Sans rémunération, nous allons dans le mur »

Conjoncture en berne pour les cheptels à haute valeur ajoutée, annonces PAC qui laissent présager des pertes financières, application d’Egalim 2 pas à la hauteur : pour Thierry Bernier, responsable Fnsea 79 Bovins viande, les signaux sont négatifs pour la filière.

© DR

Comment décririez-vous la conjoncture actuelle en bovins allaitants ?

Thierry Bernier : Si on écoute le marché, en ce moment, il ne faudrait faire que du haché. C’est 75 % de la demande. Les vaches à haute valeur ajoutée n’ont pas de débouché, sauf les charolaises et les laitières. Engrais, carburant, alimentation : les coûts explosent pour tous les éleveurs. Sans avoir changé mon cheptel, j’enregistre 23 000 € de dépenses en plus cette année. Certes j’ai vendu mes céréales à bon prix. Mais ce n’est pas avec l’atelier bovin que je me rémunère. Pendant ce temps, la décapitalisation continue. On dénombre 255 000 bovins allaitants en Deux-Sèvres, Soit 42 000 en moins depuis 2015 (baisse de 14 %, source GDS 79). Sans réévaluation de la rémunération, nous allons droit dans le mur.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité