Aller au contenu principal

Porcs : les promesses de l’aval pour soutenir l’origine France

Fleury Michon a annoncé le premier sa volonté d’accroître ses approvisionnements en viande française. D’autres annonces sont attendues.

© Reussir

Dès le lendemain de l’annonce d’un « plan de sauvegarde » pour la filière porcine, le charcutier Fleury Michon a fait part de sa volonté d’« augmenter le plus rapidement possible sa part d’approvisionnement en viande de porc française pour atteindre jusqu’à environ deux tiers de ses achats ». Une mesure appliquée « tant que les cours resteront à des niveaux insuffisants », peut-on lire dans son communiqué, alors que les éleveurs subissent un effet de ciseaux entre la flambée de l’alimentation animale et des prix faibles. Le groupe vendéen compte, « dans un premier temps », passer en 100 % origine France pour sa gamme de rôtis.

Un gage donné aux éleveurs

Par ailleurs, le deuxième acteur français du jambon s’engage à continuer de respecter la loi Egalim. Un gage de bonne volonté donné en direction des éleveurs. Réagissant au déblocage des aides d’urgence, la FNP (éleveurs de porcs, Fnsea) lançait dans un communiqué le 31 janvier : « L’État a pris sa responsabilité, aux organisations de producteurs, GMS et industriels, désormais au pied du mur, de prendre les leurs » ! Dans un contexte de négociations commerciales tendues, plusieurs actions syndicales menées par des Fdsea ont ciblé des grandes surfaces.

De son côté, Intermarché a rapidement emboîté le pas à Fleury Michon, en promettant le 2 février de « développer l’assortiment des références VPF » (Viande de porc français) du groupe vendéen. Tout en promettant le même traitement de faveur aux « autres industriels qui s’engageront sur la voie du VPF », d’après un communiqué.

Vincent Bronsard, le président d’Intermarché et de Netto, appelle à « faire jouer la mécanique de l’offre et de la demande en viande de porc française, en accroissant la demande pour faire remonter les cours ». Et de rappeler qu’Agromousquetaires, le pôle agroalimentaire des deux enseignes, « s’approvisionne depuis 2015 exclusivement en viande de porc française ».

Un renforcement des viandes françaises

D’après la Fict (charcutiers industriels), d’autres annonces seraient à venir : « Plusieurs entreprises se sont déjà engagées à chiffrer de manière rapide et précise ces engagements », affirme le syndicat dans un communiqué le 2 février. Ses membres s’y engagent collectivement à renforcer « significativement leurs approvisionnements en viandes issues de porcs français ». Selon la Fict, environ 85 % des approvisionnements des industriels de la charcuterie viennent des élevages français.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité