Aller au contenu principal

Enseignement public
" Plus variée, plus ouverte, l'agriculture change "

Respectivement directeurs du Centre de formation de Melle-Niort et du Campus des Sicaudières de Bressuire, Benoît Dieltiens et Jérôme Jacques nous livrent leur vision des mutations de l’agriculture. Pour eux, le salariat agricole est une piste d’avenir.

Jérôme Jacques (à gauche) et Benoît Dieltiens mettent en avant la diversité des formations de leurs établissements, portes ouvertes à de nombreux débouchés.
© Chloé Poitau

Au terme d’une année de crise, comment se portent vos établissements ?

Benoît Dieltiens : En septembre 2020, nous avons accueilli 29 élèves de plus (contre une baisse de 52 élèves dans l’enseignement agricole public au niveau régional). Avec près de 300 élèves et étudiants à Melle et Bressuire (auxquels s’ajoutent 250 apprentis), et 200 à Niort, nos lycées restent à taille humaine. Ces effectifs, le respect des règles sanitaires, la confiance des familles et des enseignants ont permis de maintenir jusqu’ici 100 % des cours en présentiel. Nous avons continué de dédoubler nos classes, une politique que nous pratiquions déjà avant la Covid-19, pour une meilleure qualité de formation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un enrobé végétal sur une portion de route en Deux-Sèvres

C’est un chantier un peu particulier qui s’est déroulé la semaine dernière dans la zone d’activité de l’…

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Publicité