Aller au contenu principal

Peste porcine africaine : la France se met en ordre de bataille

Renforcement de la biosécurité, sécurisation de l’export : le ministère a lancé un plan de prévention contre la peste porcine africaine (PPA), quelques semaines après l’arrivée de la maladie en Italie.

© Claudine Gérard

Alors que la peste porcine africaine (PPA) a été détectée dans le nord de l’Italie, le ministère de l’agriculture a lancé le 9 février un plan d’action afin de prévenir l’arrivée de la maladie dans les élevages français. Au niveau national, ce plan prévoit notamment d’atteindre un « objectif d’élévation rapide de la biosécurité en élevage et dans les transports ». Bien que le gouvernement prévoie d’accompagner les éleveurs dans leurs mises aux normes, aucun budget n’est mentionné dans le document de présentation du plan d’action.

Outre ces mesures, la rue de Varenne compte « recenser aussi rapidement que possible les éleveurs ou détenteurs de porcins non déclarés », en s’appuyant sur les mairies, les vétérinaires et les chambres d’agriculture. « Bon nombre de détenteurs de porcins ne sont pas encore connus ou n’ont pas déclaré leur cessation d’activité en base de données », constate le ministère, rappelant que « ces déclarations sont obligatoires ».

Les sangliers dans le viseur
 

Depuis l’arrivée de la maladie le 5 janvier, 34 cas de PPA ont été détectés en faune sauvage au nord-ouest de l’Italie, à 100 km de la frontière avec la France. Les cinq départements frontaliers font l’objet d’une attention particulière : les élevages devront s’y mettre aux normes « dans des délais acceptables », avec le lancement « d’ici avril 2022 », d’un plan de contrôle officiel. Les autorités prévoient aussi de « réduire la population de sangliers par le biais d’actions de chasse ».

Contrairement à l’épisode de PPA en Belgique en 2018, le gouvernement ne mentionne pas dans son plan l’érection d’une clôture à la frontière. « La barrière des Alpes est inclôturable », rappelle la FNP (éleveurs de porcs, Fnsea) dans un communiqué le 13 février. L’association spécialisée y réclame « des mesures drastiques et immédiates de régulation, à l’échelle européenne ».

Sécuriser les exportations
 

Alors que plus d’un quart de la production porcine française est exporté, le gouvernement veut aussi sécuriser les débouchés dans les pays tiers (9 % des abattages nationaux). Après avoir décroché un accord de zonage avec la Chine, qui permet aux départements indemnes de PPA de continuer à exporter, les pouvoirs publics mènent des discussions similaires avec la Corée, les Philippines et le Japon notamment.

D’après une récente estimation de l’Ifip (institut technique), en l’absence de tout accord de zonage, la fermeture de nombreux pays tiers pour cause de PPA pourrait amputer les exportations françaises de 50 000 tonnes sur plus de 760 000 t exportées en 2020, avec des pertes estimées entre 157 et 364  M€ pour la filière, selon l’intensité de la demande internationale en viande porcine.

Décrochage potentiel des cours
 

Cette perte brutale de débouchés « pourrait causer un décrochage des cours à la production de l’ordre de 14 %, soit une perte estimée entre 21 et 23 ct/kg », ajoute l’Institut du porc. S’y ajouterait l’impact économique et sanitaire direct de la maladie. L’Ifip a calculé les pertes possibles en situation réelle autour de 1 M€ sur un élevage naisseur-engraisseur de 466 truies (environ le double de la moyenne française). Quant aux élevages voisins d’un foyer, ils seraient pénalisés par l’interdiction des mouvements d’animaux, synonyme d’alourdissement des porcs. Autant de pertes qui ne seraient couvertes que partiellement par les indemnisations publiques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Laetitia Desclaux est installée à Orches.
" Plus qu'un travail, une véritable passion "
Laëtitia Desclaux est installée depuis mai 2023 à Orches. Elle partage son expérience de jeune installée. Entrée dans le monde du…
Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La taille des haies est finalement autorisée jusqu'au 15 avril inclus.
Un mois de plus pour tailler les haies

Suite aux pluies importantes de ces dernières semaines, qui ont rendu de nombreuses parcelles inaccessibles, la date d'…

Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité