Aller au contenu principal

Production ovine et pâturage
Parascope : changer les pratiques de traitement du parasitisme

La filière s’organise pour faire un état des lieux de la consommation d’antiparasitaires en vue d’évoluer vers une réduction de l’utilisation de médicaments.

Deux-Sèvres; pâturage; ovin; élevage; agriculture.
La mise au pâturage complique la gestion du parasitisme.
© SDEO

Avec comme caractéristique essentielle le pâturage des troupeaux, l’élevage ovin allaitant du territoire possède d’indéniables atouts face à des consommateurs exigeants en termes de qualité des produits, de bien-être animal et de protection de l’environnement.

Cette pratique vertueuse n’en est pas moins un casse-tête pour les éleveurs, qui doivent concilier pâturage et parasitisme avec des objectifs économiques fortement dépendants des performances de leurs animaux.

La gestion de ces parasites, qui ont des conséquences sur la santé, le bien-être et la productivité des animaux, repose principalement sur l’utilisation de médicaments antiparasitaires. Cette modalité de gestion est remise en question car :

- une utilisation non raisonnée a entraîné le développement de parasites résistants ;

- ces produits peuvent avoir des impacts indésirables sur l’environnement ;

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité