Aller au contenu principal

Fête de la Terre, Deux-Sèvres
Merci aux partenaires, et à bientôt !

L’annulation de la fête de la Terre, qui devait se dérouler le 29 août à Coulonges-sur-l’Autize, est un nouveau coup dur pour les Jeunes Agriculteurs des Deux-Sèvres. Trois d’entre eux reviennent sur cette décision, et sur l’importance du syndicalisme à leurs yeux.

Jeunes Agriculteurs, JA, Deux-Sèvres, Nouvelle-Aquitaine, Fête de la terre
De gauche à droite : Julien Bonneau, en bovins lait et céréales à Surin, Damien Niveau, en poulets vente directe et Charolaises à Ardin, et Thomas Gaillard, céréalier à Verruyes et président des JA 79.
© Ch.P
Après des reports et adaptations de l’événement, vous avez annoncé l’annulation de la fête de la Terre le 30 juillet. Qu’est ce qui a motivé votre décision ?

Thomas Gaillard : La fête de la Terre en Deux-Sèvres réunit environ 2 500 à 3 000 participants, c’est un événement plus réduit qu’Ambiance Terre, mais un événement qu’il nous semblait important de remettre sur le devant de la scène, le contexte sanitaire nous empêchant de tenir Ambiance Terre pour le moment (il est reprogrammé pour octobre 2022). L’instauration du pass sanitaire nous a fait craindre une baisse de fréquentation de plus de 50 %, qui nous aurait mis dans le rouge au niveau budgétaire et qui aurait terni l’ambiance festive.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité