Aller au contenu principal

Cinéma
Luché-Thouarsais, ou les cycles de la ruralité

Jeune réalisateur, Nicolas Fabas a filmé pendant deux ans la vie de ses grands-parents à Luché-Thouarsais. En résulte un documentaire plein de poésie sur la vie à la campagne et, chose plutôt rare, qui ne juge pas l'agriculture.  

© Compagnie noutique

A 83 et 87 ans, Marie-Josèphe et Gérard se sont retrouvé les protagonistes principaux du film documentaire « Où sont les moutons ? », en tournée dans les Deux-Sèvres et ailleurs depuis quelques semaines.

Derrière la caméra, leur petit-fils Nicolas, urbain vivant à Lille et travaillant dans le milieu du théâtre : « Un jour de Noël, j’explique pour la énième fois à ma grand-mère mon métier. Mamie, je fais des spectacles sur les gens qu’on n’entend jamais, qu’on ne voit pas assez ».

Du haut de ses 83 ans, Marie-Josèphe, qui n’a pas sa langue dans la poche, rétorque : « Tu n’as qu’à faire un spectacle sur nous, les vieux pésans des Deux-Sèvres, tout le monde s’en fout ! ». Tilt. Le spectacle prend finalement la forme d’un documentaire filmé, deux ans durant, au rythme de la ruralité.

Une vie dictée par le vivant

Pendant une heure, pas vraiment de scénario, mais finalement tellement de rythme dans la vie de ces personnes âgées !

Le café chez les copains, la partie de pétanque, la messe, l’anniversaire en famille mais aussi et surtout, les actions dictées par la nature et la vie rurale : planter les haricots, tuer et préparer le lapin pour le civet, rentrer du bois pour l’hiver...

« On a toujours quelque chose à faire, mais le temps de rien », disent en substance les deux époux, qui se voient diminuer, et voient fondre avec eux le mode de vie campagnard, pourtant la norme au siècle dernier.

Les prises de vue rendent hommage à la vie rurale, « simple mais pas simpliste » comme le résume une spectatrice lors de la projection à Melle le 9 novembre.

Les vues aériennes sur la campagne deux-sévrienne sont magnifiques. Pas de longueurs, car les cycles de la nature et de la vie sociale ponctuent le film de temps forts émouvants et/ou drôles par instant. Le tout servi par une musique créée pour le film par le compositeur Benoit Capelle, oscillant entre « nostalgie et engouement », qualifie une autre spectatrice.

Les autres séances à venir

Samedi 19 novembre - 18h30 - Cinéma Le Fauteuil Rouge à Bressuire
Mercredi 30 novembre – 19h30 - Micro-Folie / Saint-Varent
Jeudi 1er décembre – 14h30 -Maison de retraite "Le Grand Chêne" / Saint-Varent
Lundi 5 décembre - 20h30 - Salle Agapit / Saint-Maixent-l'Ecole
Mardi 6 décembre - 20h30 - Salle de spectacle / Vasles
Le film poursuit sa tournée en Deux-Sèvres et à Lille. « Des maisons de retraite et lycées agricoles me contactent aussi pour des projections. Il y a beaucoup d’émotions lors des séances, des larmes mais aussi ce garçon de 12 ans qui a pris la parole en disant que son rêve est d’être éleveur et qu’on se moquait de lui à l’école », raconte Nicolas Fabas.
Face au succès rencontré à Bressuire (220 spectateurs), une nouvelle séance est programmée ce samedi 19 novembre à 18h30.
Après les projections, il est possible de s’inscrire à un listing pour être informé de la sortie prochaine du DVD.

L’agriculture, sans juger

Au travers du film, on perçoit le crépuscule d’une vie, celle du couple et des zones rurales (église qui se vide, difficulté à avoir un RDV médical…), mais aussi l’aube d’une nouvelle : Alexandre Chargé, cousin du réalisateur, est devenu éleveur ovin.

Les scènes tournées chez lui révèlent un agriculteur épanoui, qui travaille avec des moyens modernes et l’amour du métier. A ses côtés, sa femme Coralie et leur bout de chou, à peine dix ans, déjà prompt à aider aux mises-bas et animé par le métier d’éleveur.

« Avec ce film, je ne cherche ni à alerter ni à rendre hommage. C’est une porte ouverte entre les deux, j’avais envie de dire Regardez ils existent et ils peuvent nous apprendre quelque chose », résume le réalisateur. Dans la salle, à Melle, un éleveur bovin retraité conclut : « ça fait du bien un film qui montre l’agriculture sans prise de position. Ça montre vraiment notre vie ! ».

© Compagnie noutique

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité