Aller au contenu principal

Plateforme
Mon hangar : Louer son bâtiment inutilisé, un possible complément de revenu

Ouverte depuis le mois de juin, la plateforme « Mon hangar » met en relation les agriculteurs qui ont un bâtiment sous-utilisé avec des clients en recherche d’espaces de stockage. Une nouvelle activité qui génère un revenu supplémentaire.

Selon Joris Baco, le fondateur de « Mon hangar », les besoins de stockage en zone rurale sont là. Les prix plus bas qu’une structure classique attirent entreprises et particuliers.
© Mon hangar

C’est un peu le Airbnb du stockage : la plateforme « Mon hangar », lancée en juin dernier, propose à la location hangars, ouverts ou non, et terrains en espace rural pour stocker des marchandises. Sa particularité est que la majorité des offres émanent des agriculteurs, qui souhaitent rentabiliser un bâtiment laissé à l’abandon ou sous-exploité sur l’exploitation. « Cette plateforme, même si elle n’est pas exclusive au monde agricole, a été créée pour aider avant tout les exploitants à trouver un complément de revenu. Les actifs sont déjà existants, on veut capitaliser là-dessus », explique Joris Baco, le fondateur de la plateforme basée à Orléans mais qui couvre toute la France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un enrobé végétal sur une portion de route en Deux-Sèvres

C’est un chantier un peu particulier qui s’est déroulé la semaine dernière dans la zone d’activité de l’…

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Publicité