Aller au contenu principal

Visite politique
L’irrigation, une question eau combien importante

La semaine dernière, la Fnsea Nouvelle-Aquitaine a reçu Fabienne Buccio, la préfète de la région, sur une exploitation céréalière de la Vienne. La question de l’eau y a été centrale.  

Fabienne Buccio, la préfète de la région Nouvelle-Aquitaine, (au centre) en visite chez Patrice et Alain Deschamps, à Jaunay-Marigny, dans la Vienne.
© GDW

C’est sous un hangar de la SCEA Deschamps, dans la Vienne, que la Fnsea Nouvelle-Aquitaine a mis en évidence plusieurs dossiers agricoles du moment, en présence de Fabienne Buccio, la préfète de région. Le thème du stockage de l’eau a évidemment été mis sur la table. « Aujourd’hui, c’est un peu le problème sur toute la région, souligne Cédric Tranquard, le président de la Fnsea régionale. Il faut que les dossiers déposés pour des retenues de substitution puissent aller à leur terme ».

Patrice et Alain Deschamps le savent bien. À la tête d’une exploitation céréalière de 350 ha (céréales en contrat avec La Tricherie), ils se sont diversifiés depuis 2000 avec du tabac blond de Virginie. Les 11 ha de cette production sont irrigués en goutte-à-goutte. Depuis cette année, ils cultivent aussi 65 ares de chanvre conduits en agriculture biologique et aussi irrigués en goutte-à-goutte. L’aspersion est aussi mise en place pour le maïs semences. « Sans l’irrigation, poursuivre la diversification est impossible, insiste Patrice Deschamps. On a des opportunités pour faire des légumes de plein champ (pois chiche, haricots rouges), mais l’irrigation est nécessaire » !

Pour Bernard Layre, vice-président de la Fnsea Nouvelle-Aquitaine, « il est indispensable aujourd’hui d’avoir de l’eau, non pas pour faire du productivisme, mais pour maintenir le revenu, assurer les récoltes et tendre vers la souveraineté alimentaire ».

Sans l’irrigation, poursuivre la diversification est impossible, certifie l'exploitant qui reçoit la préfète.

Deux lois qui tombent à point nommé

Face à cette situation et à la détérioration des réserves survenues récemment, les syndicats veulent une réaction. Un message entendu par Fabienne Buccio : « Concernant les retenues d’eau, les travaux se poursuivent dans les Deux-Sèvres. L’essentiel est que ça avance. Il y a eu un consensus au départ, un accord a été trouvé, c’est exemplaire. Il faut montrer ces bons exemples ».

« Sur le volet de l’eau, la loi Besson-Moreau et le Varenne de l’eau sont deux supports nationaux qui sont indispensables et qui tombent à point nommé », confie Cédric Tranquard.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Travail du sol: 4 étudiants présentent différentes techniques
Un groupe d’étudiants en 2e année de BTS Acse, au lycée agricole de Venours, ont récemment organisé une démonstration de…
Le printemps à la Ferme fait son retour
Après deux années sans portes ouvertes, en raison de la crise sanitaire, les agriculteurs du réseau Bienvenue à la Ferme…
Le repas 100% deux-sévrien des JA 79 se prépare

Le repas des Jeunes Agriculteurs des Deux-Sèvres aura lieu le samedi 21 mai. « Après les nombreux retours…

À Beauvoir-sur-Niort, Olésia et Irina ont trouvé refuge
Accueillies par Jean-Claude Aubineau et sa sœur Marité Sage, Olésia, Irina et sa fille Arina sont arrivées à la mi-mars. Loin de…
Le Logis du Mortier mise sur la fraîcheur
Alain Lucas a su transformer l’exploitation familiale en mauvaise santé à l’époque en y injectant des nouveautés, telle que la…
La première race allaitante du département confirme ses atouts
Le syndicat départemental de la race charolaise, réuni en assemblée générale le 10 mai à Bressuire, accueille trois nouveaux…
Publicité