Aller au contenu principal

Ovins
L’ergot des céréales est toujours d’actualité

 La maladie reste présente dans les élevages, à la faveur de quelques céréales contaminées pendant la floraison.

Les grains contaminés sont de couleur brune. Une analyse en laboratoire est parfois indispensable pour les détecter.
© CA18

Il suffit de quelques grains contaminés par l’ergot pour entraîner une intoxication. Les céréales infectées produisent des alcaloïdes et ne doivent en aucun cas être distribuées aux animaux, les risques sanitaires étant très importants. L’ergot des céréales est une maladie liée à la présence d’un champignon qui contamine les épis des céréales au moment de la floraison. Les fleurs ne donnent pas de grain. Celui-ci est remplacé par une excroissance en forme d’ergots, des masses rigides de couleur foncée. Ces ergots pourpres ou bruns atteignent 1 à 2 cm de longueur au moment de la récolte.
Le premier symptôme est une perte d’appétit. En fin de gestation, l’ergot est responsable d’avortements en grand nombre. Une autre conséquence est l’absence totale de production laitière. Il faut attendre plusieurs jours après la mise bas et la sollicitation des agneaux avant que le lait ne descende.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité