Aller au contenu principal

Protocole Sèvre-Mignon / Réserves
L’engagement des irrigants, c’est maintenant

Le 18 janvier, Alexis Maye, éleveur à Le Petit-Breuil-Deyrançon, a assisté à la restitution du diagnostic effectué sur sa ferme pour une agriculture durable. Puis il a signé pour réaliser, ou poursuivre, six engagements concrets en ce sens.

Alexis Maye fait partie des 220 exploitations concernées par le protocole d’accord. L’éleveur a besoin d’irriguer ses prairies pour maintenir ses Parthenaises en système herbager le gros de l’année.
© Chloé Poitau

L’essence même du protocole signé fin 2018, dans le cadre du projet de réserves de substitution sur le bassin de la Sèvre niortaise-Mignon, prend corps aujourd’hui : en contrepartie de leur futur accès aux volumes des réserves, les irrigants prennent six engagements dans la grille des critères établis lors de l’accord pour une agriculture plus durable.

Menés par la chambre d’agriculture, 55 diagnostics ont ainsi été réalisés en 2020. Mi-janvier, Alexis Maye, agriculteur irrigant à quelques encablures de Mauzé, recevait Julien Moureau, responsable pour la chambre de la gestion quantitative de l’eau. Les deux hommes ont passé en revue le diagnostic de trois heures qui avait été réalisé sur l’exploitation de 178 ha (dont 70 ha de prairies et 45 ha irrigués : 30 en prairies et 15 en maïs), abritant un troupeau de Parthenaises de 90 vêlages.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité