Aller au contenu principal

Machinisme
L'écimeuse Top Cut Collect coupe et collecte les plantes parasites

Adaptée aux exploitants bio ou conventionnels, la nouvelle écimeuse récolteuse Top Cut Collect de Zürn permet une bonne régulation mécanique des adventices. En 2021, elle a décroché un Innovation Award au Salon international du machinisme agricole (Sima).

L’écimeuse vient couper la tête des plantes parasites (tiges de chardon, folles avoines ou rumex) qui sont ensuite remontées vers la trémie collectrice.
© YR La vendée agricole
Une minute !
Les articles publiés entre le 15 et le 30 juillet sur CaracTerres.fr sont en accès libre ! Vous pouvez ainsi découvrir le contenu de nos quatre journaux. 
Pour rejoindre notre communauté d’abonnés, direction la boutique en ligne. 
Déjà abonné ? Activez votre compte numérique ici en réinitialisant votre mot de passe. En cas de difficulté, contactez-nous à redaction@caracterres.fr

 

 

Limiter l'emploi des traitements phytosanitaires est l'un des principes de l'agriculture biologique. L'écimeuse-récolteuse Top Cut Collect de Zürn est un des moyens qui permettent à ce principe de s'appliquer aussi à l'agriculture conventionnelle.

Mise au point conjointement par le constructeur allemand Zürn Harvesting et par l'agriculteur-inventeur français Romain Bouillé, cette machine a reçu en 2021, le prix spécial Innovation pour la transition agroécologique au Sima.

Un bac de récupération

L'originalité et l'efficacité de cette écimeuse tractée résident dans le fait qu'elle écime les adventices et que, telle une tondeuse à gazon avec bac de récupération, elle collecte les mauvaises herbes qu'elle vient de couper.

Les rabatteurs remontent les adventices coupées vers
les tapis roulants qui les mènent dans la trémie.

En pratique, avec sa double lame, elle sectionne les tiges des adventices dont la hauteur dépasse celle des cultures. Elles sont ensuite envoyées vers un tapis roulant à l'aide de balais rabatteurs et montent vers une trémie. Sans qu'aucune graine ne tombe sur le sol.

Assainir l'hygiène du champ 

Au fil du temps, l'utilisation répétée de l'écimeuse améliore l'hygiène d'un champ, en évitant l'éparpillement des graines d'adventices dans les sols et leur germination l'année suivante. Pouvoir éliminer (ou du moins contrôler) les adventices résistantes, telles que le vulpin, l'agrostide, la folle avoine et le ray-grass, est l'ambition affichée à long terme de cet engin franco-allemand. De plus, en fonction de sa composition, cette biomasse récoltée peut alimenter un méthaniseur.

À ce jour, deux écimeuses-collecteuses sont en cours d'utilisation en France, dont une dans le Grand Ouest, acquise par la Cuma Défis 85 en Vendée, qui la propose pour un coût horaire abordable car actuellement financièrement aidé par des partenaires (en particulier Vendée Eau).

La Cuma vendéenne souhaite développer son utilisation à tous les agriculteurs, adhérents ou non, bio ou conventionnels, exerçant en Vendée, en sud Loire-Atlantique et en sud Maine-et-Loire (Contact : Michel Seznec au 06 89 75 99 49).

Des atouts techniques

L'écimeuse-récolteuse Zürn Top Cut Collect est équipée d'un système de coupe à double lame, de rabatteurs hélicoïdaux, et de tapis convoyeurs étanchéifiés latéralement (pour éviter les pertes). Ces derniers apportent les épis et les graines d'adventices vers une trémie collectrice d'une capacité de 7 000 l, dotée d'un système de vidange.

Des moteurs, alimentés en huile depuis le circuit hydraulique du tracteur, animent ces organes. Leur régime de rotation peut être réglé par le chauffeur selon le volume récolté ou la vitesse d'avancement.

La hauteur de coupe est réglable entre 30 cm et 1,6 m. Les deux rampes latérales sont guidées par des roues de jauge, réglables hydrauliquement en hauteur, depuis la cabine stabilisant l'écimeuse, qui est disponible en différentes largeurs de travail : 9 m, 12 m, voire 18 m.

Doté d'un repliage hydraulique, l'ensemble se déplace aisément sur les routes, la largeur de transport ne dépassant pas la limite des 3 mètres.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité