Aller au contenu principal

Solidarité
« Le Resa ne laissera personne au bord du chemin »

Hausse des charges et sécheresse compliquent la tâche des agricultrices et agriculteurs. Rester seul dans son coin face aux difficultés n'est pas la bonne option, rappelle le Resa. L'association de solidarité se tient prête à accompagner les uns et les autres à traverser les coups durs.

© DR

Au sortir d’une canicule longue et éprouvante pour les agriculteurs, l’espoir renaît timidement dans les exploitations : le retour de la pluie permet de réfléchir aux repousses de prairie, aux semis de colza… Certains agriculteurs ont aussi pu s’aérer l’esprit en prenant quelques jours de vacances. Malgré tout, les conséquences de cette année ultra-sèche, les prairies réduites à l’état de paillasson et le maïs ensilage qui se présente mal peuvent plonger certains gérants dans les difficultés.

Décrocher son téléphone

Dans ce contexte particulier, le réseau d’écoute et de solidarité en agriculture (Resa), indépendant de toute structure, rappelle qu’il se tient présent pour accompagner les agricultrices et agriculteurs à traverser les épreuves. « Ils peuvent nous appeler juste pour parler, pour faire descendre la pression. Mais ils doivent nous appeler lorsqu’il y a trop de retard pour payer les factures. Nous pouvons mettre en place des médiations, des échéanciers », présente l’infatigable Sylviane Landeau, salariée du Resa pour le Nord du département.

Travaillant main dans la main avec la MSA, connaissant l’ensemble des interlocuteurs agricoles, les écoutants du Résa agissent aussi en menant aux côtés des agriculteurs les procédures pour se sortir des mauvais pas. « Ce n'est pas la honte de nous appeler, au contraire !, insiste Sylviane. Quand la patronne ou le patron va mal, l’exploitation ne s’en remet pas. S’ils reprennent pied, on peut trouver des solutions ensemble, il y en a toujours. On ne laisse en tout cas personne sur le bord du chemin. »

Le numéro à joindre pour le sud du département est le 05 49 77 15 36 (Valérie Berton), celui pour le Nord est le 05 49 67 88 08 (Sylviane Landeau, Bocage bressuirais, Thouarsais et Airvaudais). Toute personne repérant un agriculteur en difficulté peut aussi contacter le service.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Père et fils se lancent dans la culture de framboises à grande échelle
Face à une difficulté croissante à valoriser la production de céréales, Philippe Dinais s’oriente vers des cultures mieux…
Les futurs chevaux champions de saut naissent à Esse
La famille Courdent a lancé un élevage de chevaux de sport à Esse, spécialisé dans le saut d’obstacles.
Une installation synonyme de diversification
Théophile Baudoin va rejoindre la ferme familiale début 2024. À la production de viande bovine en place, il veut ajouter un…
Quand les enfants reviennent s’installer à la ferme
 Après avoir chacun expérimenté le salariat et d’autres milieux de travail, Dylan et Erwan Guynouard ont choisi de revenir sur l’…
Chanvre Mellois labellise sa production
L’entreprise des 14 agriculteurs associés de Chanvre Mellois accroit sa production et ses ventes, sécurisant encore son assise…
Fabrice tutore les jeunes pousses… d’éleveurs caprins !
Des acteurs du plan Capr’1 ont mis en place un système de tutorat caprin en Nouvelle-Aquitaine Pays-de-la-loire. Une dizaine d’…
Publicité