Aller au contenu principal

Installation
Fille et femme d’éleveur, Amandine chausse à son tour les bottes d’agricultrice

Amandine Benoist-Largeaud va bientôt enfiler sa cote (violette) et ses bottes, qu'elle a mis du temps à trouver à sa taille. "On peut être féminine et agricultrice, ce n'est pas incompatible !"
© Léa Calleau

Si on lui avait dit qu’elle allait épouser un agriculteur, éleveur de Blondes d’Aquitaine comme son père, Amandine Benoist-Largeaud ne l’aurait pas cru. Devenir agricultrice, encore moins… Et pourtant, d’ici 2022, elle aura rejoint les quatre associés du Gaec La Passion, à Coulon. Après seize années à travailler au sein de l’institution hospitalière en tant qu’auxiliaire de puériculture, elle ne supporte plus les conditions de travail.

J’avais l’impression qu’on me demandait de poser mon cerveau pour me transformer en robot », regrette-t-elle.

Fille d’éleveurs, investie sur la ferme pendant son temps libre, Amandine a envisagé d’en faire son métier pour la première fois il y a cinq ans. Elle s’est donnée le temps de mûrir son projet, être sûre de travailler en couple avec son mari Guillaume Largeaud.

Mère de deux enfants, elle considère sa reconversion comme une aventure familiale : "J’ai eu des parents agriculteurs et ils étaient déjà assez disponibles. Aujourd’hui, c’est encore différent. Le Gaec nous permet d’avoir une vie à côté du travail ».

D’un caractère plutôt affirmé, elle ne craint pas de travailler dans une équipe masculine. « La société a évolué, j’ai toute ma place comme agricultrice, et non comme femme de », assure-t-elle.

En formation à distance pour obtenir son BPREA, elle va remplacer un des associés, dont le départ à la retraite est prévu pour la fin d’année. « J’ai acquis des compétences qui vont être utiles à l’exploitation, où l’administratif passe toujours en dernier. Je serai les deux tiers du temps sur la gestion de l’entreprise et un tiers avec Guillaume sur l’élevage bovin ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité