Aller au contenu principal

Faire de la laine un co-produit et non un sous-produit

La laine a rarement été aussi peu valorisée. Les producteurs vendent à perte une production destinée à l’étranger. Pourtant, des marchés existent en France.

© C.M.

Actuellement, la grande majorité de la laine produite en France se destine au marché asiatique. En Deux-Sèvres, les quelques acheteurs vendent la production à la Chine et à la Grande-Bretagne. Il n’existe d’ailleurs pas d’espace de stockage sur le département. Avec le ralentissement des exportations depuis plus d’un an, le prix de vente s’en ressent durement sur les producteurs. « On est à des niveaux ubuesques, regrette Philippe Martinot, éleveur de 700 brebis à Coulonges-Thouarsais. Je vends ma laine 20 centimes le kilo. En comptant 2,5 kg en moyenne par animal, cela revient à 50 centimes alors que le tondeur me prend 2 euros. Ce n’est pas tenable » !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Travail du sol: 4 étudiants présentent différentes techniques
Un groupe d’étudiants en 2e année de BTS Acse, au lycée agricole de Venours, ont récemment organisé une démonstration de…
Le printemps à la Ferme fait son retour
Après deux années sans portes ouvertes, en raison de la crise sanitaire, les agriculteurs du réseau Bienvenue à la Ferme…
Le repas 100% deux-sévrien des JA 79 se prépare

Le repas des Jeunes Agriculteurs des Deux-Sèvres aura lieu le samedi 21 mai. « Après les nombreux retours…

Le Logis du Mortier mise sur la fraîcheur
Alain Lucas a su transformer l’exploitation familiale en mauvaise santé à l’époque en y injectant des nouveautés, telle que la…
La première race allaitante du département confirme ses atouts
Le syndicat départemental de la race charolaise, réuni en assemblée générale le 10 mai à Bressuire, accueille trois nouveaux…
À Beauvoir-sur-Niort, Olésia et Irina ont trouvé refuge
Accueillies par Jean-Claude Aubineau et sa sœur Marité Sage, Olésia, Irina et sa fille Arina sont arrivées à la mi-mars. Loin de…
Publicité