Aller au contenu principal

Eau: le Varenne agricole «en rupture» avec les Assises

© Ministère de l'agriculture et de l'alimentation

Le conseil scientifique du comité de bassin Seine-Normandie exprime son inquiétude, dans un avis daté du 7 juillet, sur le Varenne agricole, estimant que «contrairement à ce qui est annoncé par le ministre de l’Agriculture, il se situe plus en rupture qu’en continuité des Assises de l’eau» menées entre 2018 et 2019.

«Le Varenne risque de remettre en question les compromis établis au sein de ces instances partenariales légitimes que sont les comités de bassin», selon les auteurs.

Il risque de «déstabiliser les documents de planification (NDLR : schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux, les Sdage) récemment élaborés dans chaque bassin, au terme de longues négociations entre les acteurs» concernés.

L’avis souligne que le Varenne n’associe qu’«une partie des acteurs de l’eau», résultat notamment du «boycott» de France Nature environnement. Cette initiative du gouvernement vise à «adapter l’environnement, déjà fortement impacté par les dérèglements climatiques, pour soutenir l’agriculture, sans envisager de modification du système agricole».

Pourtant, le ministère a lancé une thématique proposant de «renforcer la résilience de l’agriculture dans une approche globale», selon sa présentation le 28 mai.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité