Aller au contenu principal

Interview
«  Des signaux positifs qui doivent se répercuter  »

Pour Alain Billerot, le président de la section lait de vache de la Fnsea 79, la hausse des volumes vendus en GMS et à l’export doit être associée à une augmentation de la rémunération des producteurs.

Alain Billerot espère que le cahier des charges du beurre AOP Charentes-Poitou, qui impose 1,8 tonne de concentrés par vache laitière, n’entraînera pas une baisse de la production.
© DR

Après la crise de la Covid-19, les marchés des produits laitiers semblent retrouver une certaine normalité. À quoi peut-on s’attendre pour les mois à venir ?

Les marchés semblent en effet se stabiliser. La demande mondiale est toujours présente, notamment de la part de la Chine. Quant à la collecte, elle baisse depuis le début de l’année en Europe, les conditions climatiques défavorables (froid, gel) et la hausse du coût des aliments n’épargnant aucun pays. La France est particulièrement marquée par cette baisse de collecte, même en Normandie et en Bretagne, des régions qui sont habituellement en progression constante. Le prix du lait stagnant à des niveaux inférieurs au coût de production depuis plusieurs mois n’est sans doute pas étranger à cette baisse…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité