Aller au contenu principal

Formation
De l’exploitation... à l’abattoir

Quand une formation répond aux attentes des éleveurs, elle perdure. C’est le cas de celle proposée aux éleveurs pour se former à la maîtrise du classement des animaux. Elle se déroule à l’abattoir de Surgères.

La formation dispensée à l’abattoir de Surgères appréhende le mode de fonctionnement de l’outil d’abattage pour conformer les animaux.
© Laurence Guilemin

Voilà maintenant 10 ans que la formation abattoir existe. « La première a eu lieu en novembre 2013 », se remémore Pascal Berteau, ancien animateur à la FNSEA 17 et actuel directeur, qui a été l’initiative. Elle a été mise en place  par Jurifor suite à la création d’un groupe viande « Éleveur et engagé » au sein du syndicat. L’objectif de cette formation est de maîtriser le classement en vif et en carcasse pour optimiser la production et la rémunération de l’éleveur.
La formation se déroule deux fois par an, à l’abattoir de Surgères, la Sibcas, et reçoit au maximum 12 personnes. Si la base du contenu est toujours la même, Pascal Berteau souligne qu’elle évolue un peu, notamment sur la réglementation. « Avec cette formation, les participants touchent du doigt le classement des animaux », souligne Aurélien Garbard de Normaveb.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Il est important de distinguer la fusariose du microdochium (exemple ci-dessus), qui ne produit pas de mycotoxines toxiques pour les êtres humains.
Il est encore tempsde protéger les épis tardifs

Les conditions humides courant montaison et les pluies répétées ont pu favoriser le développement de l'inoculum initial, et…

Publicité