Aller au contenu principal

Conjoncture
Cuniculture : une filière qui résiste mais qui doit gérer la hausse des coûts

Avec une baisse de la consommation de 2,2 %, la filière lapin a plutôt bien passé la crise de la Covid-19. Le marché a permis un maintien des cotations pour les éleveurs et la consommation des premiers mois de 2021 est plutôt bien orientée.

© Itavi

Selon les chiffres de l’Itavi, la production a baissé de 4,7 % en 2020-2021. Pour mémoire, elle avait baissé de près de 7 % en 2018 et en 2019. La consommation chute aussi mais moins fortement, malgré la Covid-19, avec – 2,2 % entre 2019 et 2020. La fermeture de la restauration hors domicile et une forte baisse des exportations ont tout de même provoqué une forte augmentation des stocks fin 2020.

L’année 2021 s’annonce plus tendue mais les opérateurs ont anticipé, avec une baisse des IA de 10 % sur les deux premiers mois de 2021.

Le marché compte un nombre d’acheteurs stable en 2020 mais leurs commandes sont moindres. L’évolution vers des produits découpés est forte (+ 2,2 %), notamment en râbles (+18,2 %), quand, dans le même temps, la demande en lapin entier marque le pas (- 5,8 %).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité