Aller au contenu principal

Celmar : des caissettes à récupérer à la ferme

En 2018, les éleveurs de la Celmar ont lancé un système de vente directe de colis. Dans la Vienne, jusqu'à maintenant, les caissettes étaient à retirer à l'abattoir de Montmorillon. Changement d'organisation depuis la fin de l'année.

Il est possible désormais de retirer ses caissettes de viande commandées à Celmar, sur l'exploitation de Sabine Bousseau.
Il est possible désormais de retirer ses caissettes de viande commandées à Celmar, sur l'exploitation de Sabine Bousseau.
© Guillaume de Werbier

Pour les clients de la Vienne qui avaient pris l'habitude d'acheter en direct des colis de viande auprès de la Celmar, la logistique est différente depuis plusieurs semaines. "Depuis la mise en place de cette démarche, le point-relais était l'abattoir de Montmorillon", explique Sabine Bousseau, éleveuse de Limousines à Lathus-Saint-Rémy, et administratrice à la Celmar. "Mais faire venir des particuliers sur le site de l'abattoir n'était pas forcément la meilleure solution." Surtout qu'à l'origine, la volonté des éleveurs qui ont présenté ce projet de vente directe, était de communiquer sur leur métier, leur savoir-faire. Désormais, pour la Vienne, c'est désormais chez cette éleveuse que les clients viennent retirer leur colis de viande (*). "Les commandes peuvent être passées à partir du compte Facebook de la Celmar (@celmarcooperative). Les clients ont le choix entre du bœuf, du veau, de l'agneau, avec des colis allant de 2 à 10 kg. L'intérêt, c'est que les particuliers, ou restaurateurs viennent sur notre exploitation, afin qu'ils voient comment on travaille. On peut leur faire visiter l'élevage s'ils le souhaitent." 

En quête d'un nouveau point relais

L'étape suivante, pour Sabine Bousseau, serait d'avoir un autre point relais sur une exploitation de la Vienne, adhérente de la Celmar, plus proche de Poitiers, et toucher ainsi un nouveau public. C'est dans la Creuse, au départ, que cette organisation s'est mise en place. "En 2018, au moment du lancement de la vente directe de colis, le point relais a d'abord été le siège de la coopérative à La Souterraine", indique Caroline Surleau, directrice de la Celmar. "Une fois les colis préparés par la coopérative, commandés par les éleveurs, ces derniers venaient les prendre, pour les proposer ensuite à leur entourage. C'est une activité qui s'est développée pendant la crise sanitaire. À la fin du Covid, on a identifié des points relais, où il y avait un potentiel de clients". Il y en a désormais 4 dans la Creuse, un dans la Vienne, et un en Charente, à l'atelier de découpe de la Celmar à Ruffec.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité