Aller au contenu principal

Réglages
Bien démarrer la moisson en respectant le grain

La réussite d’une récolte de qualité avec la moissonneuse-batteuse passe par le bon compromis entre le débit de chantier, les pertes de grains, la casse des grains et la propreté. La chambre d’agriculture passe en revue les points à vérifier pour respecter le grain.

50 à 60% des problèmes de battage proviennent d’un défaut d’alimentation lié à la coupe.
© CA 79

Souvent le conducteur de la moissonneuse se focalise sur la perte des grains à l’arrière de la machine. Cependant, malgré l’aspect visuel inquiétant, cela représente généralement peu de quantités par hectare.

Par exemple, sur une surface d’environ 200 cm2, avec une coupe de 6 m et sous un andain de 1,3 m, si on compte 10 grains sur cette surface, ce qui est énorme, cela représente une perte de 50 kg/ha soit à peine 1 % (8 €/ha).

En revanche, attention à la casse des grains, car l’incidence économique peut devenir plus inquiétante.

En effet, 1 % de grains cassés correspond au minimum à 1 % de pertes à l’arrière de la machine sous forme de brisures et de farine. De plus, les grains cassés et fêlés diminuent l’aspect qualitatif de la récolte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un enrobé végétal sur une portion de route en Deux-Sèvres

C’est un chantier un peu particulier qui s’est déroulé la semaine dernière dans la zone d’activité de l’…

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Publicité