Aller au contenu principal

Installation
Amandine tisse son parcours au fil du mohair

En reconversion, Amandine Boiron a choisi de se tourner vers les chèvres angoras, ce qui lui permet de développer sa créativité à travers l’élaboration de vêtements naturels et éthiques. Une différenciation à son image.
 

La ferme porte le nom « Accroche-Cœur » en référence à Joséphine Baker et sa mèche bouclée.
© L.C.

L’accueil est chaleureux, à la Ferme de l’Accroche-Cœur. Quand ce n’est pas Jabba, le border collie, qui sollicite les nouveaux venus pour des caresses, ce sont les chèvres angoras qui quémandent de l’attention. Nirvana, le bouc, ne décolle pas d’un sabot sans avoir son quota de gratouilles entre les cornes, laissant une entêtante odeur sur la main. Familiers, presque domestiques, ces chèvres-là sont différentes. Élevées ni pour leur lait, ni pour leur viande, elles ont droit à un traitement à la hauteur de la noblesse de leur toison, le précieux mohair.

Amandine Boiron, la bergère de ce petit troupeau de 19 têtes, les bichonne avec soin sur la ferme familiale, à Vouillé. Fille du minotier Boiron, elle a toujours baigné dans l’univers de la ferme, au contact avec les animaux. « J’ai fini par mener à bien le projet dont je parlais depuis dix ans. Quand j’étais au lycée, j’hésitais entre la danse et l’agriculture, raconte-t-elle. Sur les bons conseils de mon entourage, j’ai choisi la danse et c’était bien ainsi. Je n’aurais pas pu faire l’inverse et devenir danseuse aujourd’hui ! Mais pendant toutes ces années, l’agriculture trottait toujours dans ma tête ».

 

Quand des personnes achètent un pull ou des chaussettes en mohair, ils soutiennent toute une filière.

Un événement déclencheur dans sa vie personnelle lui fait franchir le pas. Le rythme de la danse est alors remplacé par celui du soin aux animaux. Le choix de l’élevage s’est porté sur les chèvres angoras : « Je peux garder tout le monde, femelle comme mâle. Il y a une dimension créative dans la transformation du mohair qui me correspond. C’est aussi plus facile en étant seule sur l’élevage ».

Ouvrir une boutique, et sa ferme

À 33 ans, Amandine a décidé de commencer l’élevage pendant son parcours à l’installation avec la chambre d’agriculture. « Il faut compter cinq ans avant que l’élevage soit bien ancré et que l’activité devienne rentable », souligne-t-elle. Un troupeau de cinquante chèvres minimum assure une productivité. Le projet tient ensuite dans la capacité d’Amandine à vendre ses produits. « Je vais bientôt créer une boutique à la ferme, que j’aimerais faire visiter dans un but pédagogique, annonce-t-elle. J’expliquerai comment j’élève les chèvres, la transformation du mohair… Je vise plutôt des gens de passage l’été et les locaux l’hiver, lors de marchés festifs ».
Elle souhaite leur communiquer sa satisfaction de confectionner des vêtements naturels et éthiques. « Quand des personnes achètent un pull ou des chaussettes en mohair, ils soutiennent toute une filière, assure-t-elle. Ils comprennent qu’ils ne trouveront pas ces vêtements ailleurs ».

 

Transformation rapide

La première tonte des chèvres a eu lieu cet hiver, en février. Amandine a livré 30 kg de laine brute au groupement Mohair des fermes de France. « Les premiers éleveurs de chèvres angoras ont commencé il y a trente ans en France. Ils se sont tout de suite regroupés pour développer un réseau de transformation de la laine ». La matière est envoyée à des laveurs et cardeurs dans le nord de l’Italie, ces métiers ayant disparu dans l’hexagone. « La teinture, le tricot et le tissage sont des savoir-faire encore pratiqués en France ».
Amandine a suivi une formation avec le groupement pour apprendre à trier la laine en différentes catégories selon sa finesse et son rendement lavage. « L’organisme m’a permis de m’installer et de faire transformer mon produit tout de suite », reconnaît-elle avec gratitude. Lors de la visite d’une entreprise de tissage, Amandine a observé la grande attention portée au fil : « C’est émouvant de voir toutes ces petites mains travailler mon produit. Ils sont partie prenante de sa réalisation, c’est génial » !
 

Le mohair, une fibre laineuse haut de gamme

Plus léger que la laine, plus doux, le mohair se classe dans une catégorie supérieure. Sa fibre brillante reçoit mieux les teintures et peut ainsi prendre des couleurs intenses. Les chèvres angoras, originaires de la ville d’Ankara en Turquie, sont principalement élevées en Afrique et aux États-Unis. La population de chèvres angoras atteint les 3 000 têtes en France. Ce sont 9 tonnes de mohair brut transformées chaque année.
Leur élevage se fait au pâturage « quand il fait beau, nuance l’éleveuse Amandine Boiron. Leur toison se gorge d’eau et met du temps à sécher ». Herbe, foin et granulés composent leur alimentation, que la bergère espère faire évoluer en fabriquant elle-même les concentrés avec un mélange fermier. Le suivi génétique est assuré par Capgènes, qui accouple les animaux en fonction de différents critères portant sur la laine : finesse, poids de toison, rendement lavage, homogénéité… « Le suivi génétique a permis de faire du mohair français l’un des beaux au monde ».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Timothée Goudeau, non issu du milieu agricole, est actuellement en parrainage sur une ferme bovine à Boisragon.
Pâturage tournant et ACS : Timothée raisonne son projet

À Boisragon, l'apprenti Timothée Goudeau se prépare à reprendre la ferme de bovins allaitants de Philippe Juin, qui part à la…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
En attendant l'arrivée des pigeons début septembre, Kenny Violette aménage pour mécaniser au maximum la production.
S'installer en pigeons : un projet sécurisant et familial

Kenny Violette va relancer un élevage de pigeons à Gourgé à la fin de l'été. Un projet qui lui permet d'assouvir son rêve d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Publicité