Aller au contenu principal

Une déprise qui s'accélère

Moins de 10 ans après la fin des quotas laitiers, le nombre d'élevages laitiers en Poitou-Charentes est passé de 1 300 à 744. Cette évolution du marché n'est pas la seule responsable de cette déprise qui semble impossible à stopper.

Un contexte contrasté, et compliqué à analyser. C'est le résumé de la filière laitière actuelle en Poitou-Charentes. "Nous sommes toujours dans la déprise" ajoute Johan Fonteniaud, du Criel Nouvelle Aquitaine. Entre septembre 2022 et 2023, le nombre d'éleveurs sur les 
4 départements a baissé de 6,5 % : -3 % dans la Vienne, -4,6 % en Charente, -6,5 % en Deux-Sèvres et -7,9 % en Charente-Maritime, soit un total de 744 exploitations. "Cette baisse s'est accélérée depuis 2 ans" ajoute le spécialiste de la filière lait, qui précise que l'augmentation de la taille des cheptels ne compense désormais plus cette baisse du nombre d'éleveurs. "Il faudrait que la hausse soit de 20 vaches par élevage pour que ça compense. Ce qui est difficile, car il y a déjà eu beaucoup de réorganisation lors de la fin des quotas laitiers".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Yasmine et Cécile devant la tiny house.
Tiny house : un mini nid douillet

Cécile Boin a créé son entreprise " La Tiny Maousse ". Elle conçoit et construit des petites maisons, facilement…

Le petit mémo du futur installé

De l'idée au projet, le chemin du futur agriculteur est plein d'étapes. 
Elles sont concomitantes et de nombreux acteurs…

Jean a quitté un petit appartement de Poitiers pour Coloc 55, un soulagement pour lui.
Au nord du Mellois, une coloc pour seniors autonomes

Fin octobre, Coloc 55 a accueilli ses premiers résidents à La Mothe-Saint-Héray. Des colocataires seniors séduits par la…

Trouver sa place, même en famille

Le Gaec de Villers, à Aigondigné, est dirigé par trois cousins installés en huit ans. Dernier arrivé, Jérémy Nourrigeon s'est…

Dans l'Eure, ils misent sur 6 ha d'arbres Paulownia

Amandine Mordant et Raphaël Sébire, associés à Fort-Moville (27), viennent de mettre fin à leur atelier laitier. Afin de…

Porcs: des visions différentes du marché

Après Bigard, c'est maintenant au tour de la Cooperl de quitter le Marché du porc breton.

Publicité