Aller au contenu principal

Maraîchage
Un espace-test concluant sur l’île d’Oléron

En recherche de foncier, Rozenn et Daniel ont trouvé un espace test agricole à Dolus-d’Oléron. Une belle opportunité pour les maraîchers qui vont s’installer de manière définitive avant la fin de l’année sur l’île.

Avant de bifurquer vers le maraîchage, Rozenn Quique était biologiste de formation et Daniel Roblero ingénieur agronome tropical, spécialisé dans le café. Certifiés Écocert, ils sont dans leur deuxième année de conversion à l’agriculture biologique.
© Léa Calleau

Dans l’ancienne colonie de vacances de Dolus-d’Oléron, ce ne sont plus les jeux des enfants qui occupent l’espace, mais les serres de Rozenn Quique et Daniel Roblero, premiers maraîchers de cet espace test agricole. Depuis un an et demi, ils ont investi avec leurs trois serres une partie des 7000 m2 mis à disposition par la mairie de Dolus.

Alors qu’ils cherchaient au départ à s’installer du côté de Rochefort, cette initiative leur a offert l’occasion d’affiner leur projet. « On est sûrs qu’on veut continuer le maraîchage par la suite », assure Rozenn. « On a vu qu’avec 7000 m2, c’est suffisant pour la production qu’on vise. Ici, on n’a pas investi toute la surface. À deux, on a eu besoin de se rôder sur un espace plus petit, le temps que le métier rentre ! La conséquence, c’est qu’on ne produisait pas suffisamment, je suis partie travailler à l’extérieur quelques mois. »

Construire son nid…

Les maraîchers ont également passé leurs choix de légumes à l’épreuve de la clientèle. « On a vu quels légumes plaisaient le plus. Ce sont surtout les légumes d’été : tomates, melon, pastèque », liste Rozenn, auxquels Daniel ajoute « salades, pommes de terre » et quelques spécialités de son pays d’origine, le Mexique : « Des piments, des épinards de Malabar et des tomatillos, ce sont des petites tomates vertes que l’on mange toujours cuites chez nous. » En tout, une trentaine de légumes et fruits est produite sur l’espace test.

Après avoir assis leur réseau de vente directe, les maraîchers ont un nouvel objectif en ligne de mire : les cantines. « Nous allons développer la production pour fournir les cantines des écoles. Le groupement de producteurs MOPS (Marennes Oléron Produits Saveurs) s’est formé justement pour répondre aux appels d’offres des collectivités. »

…et voler de ses propres ailes

Bien entourés dans leur phase de démarrage, les agriculteurs ont bénéficié de l’aide de bénévoles des associations implantées dans l’espace test pour le montage des serres. La Ciap (Coopérative d’installation en agriculture paysanne) les a suivis sur le plan comptable. « Un agriculteur tuteur nous a aidés pour tout l’aspect technique. À partir du mois d’octobre, il va nous louer un terrain sur lequel on va pouvoir s’installer de manière pérenne », annonce Rozenn.

 À partir du mois d’octobre, notre tuteur va nous louer un terrain sur lequel on va pouvoir s’installer de manière pérenne.

La Communauté de communes, gérante de l’espace test, leur laisse le temps de faire la transition et lancera un appel à candidatures pour de nouveaux maraîchers en herbe en 2023. « Nous sommes plus confiants pour notre installation que lorsqu’on a commencé ici en 2020. » Ils imaginent déjà une nouvelle organisation de l’espace et des serres. Daniel souhaite développer la culture de fraises.

Les Journées Agricoles, l’occasion d’ouvrir la ferme

Pour la 12ème édition, les Journées Agricoles oléronaises reprenait le format de « fermes ouvertes » de l’année dernière. Neuf exploitations agricoles ont ouvert leurs portes aux visiteurs. Vignerons, sauniers, éleveurs, apiculteurs et maraîchers, parmi lesquels Rozenn et Daniel. « On avait déjà participé à l’événement en 2021. On a reçu une trentaine de personnes samedi. Les gens étaient curieux de découvrir l’espace test. On a eu quelques porteurs de projet. Et comme l’autre fois, beaucoup de questions sur le jardinage ! », sourit la maraîchère. Un spectacle de plein-air en théâtre-caravane, le samedi soir, contribuait à l’attractivité de l’événement.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Il est important de distinguer la fusariose du microdochium (exemple ci-dessus), qui ne produit pas de mycotoxines toxiques pour les êtres humains.
Il est encore tempsde protéger les épis tardifs

Les conditions humides courant montaison et les pluies répétées ont pu favoriser le développement de l'inoculum initial, et…

Publicité