Aller au contenu principal

Risques climatiques : une indemnisation dégressive pour les non-assurés

© Xavier Remongin/agriculture.gouv.fr

Le décret officialisant les paramètres du futur dispositif d’assurance récolte a été validé par le Comité national de gestion des risques en agriculture (CNGRA), a annoncé le gouvernement le 30 septembre. Comme pressenti, le texte instaure une dégressivité de l’indemnisation publique pour les agriculteurs non-assurés. Ce taux passera de 45 % en 2023 à 40 % en 2024, puis à 35 % en 2025. Pour rappel, l’indemnisation publique concerne les pertes catastrophiques, considérées comme non-assurables. À l’entrée en vigueur de la réforme le 1er janvier prochain, ce taux sera d’office réduit de moitié pour les agriculteurs non-assurés (45 % au lieu de 90 %) afin, justement, de les inciter à assurer leurs récoltes.

Conformément à l’engagement de Matignon, le seuil de déclenchement de l’indemnisation publique est fixé à 50 % de pertes pour les grandes cultures et la viticulture, et à 30 % pour les autres productions, notamment l’arboriculture et les prairies. Le décret officialise l’application d’Omnibus pour toutes les filières (seuil et franchise subventionnable minimale de 20 %, taux de subvention de 70 % à la prime d’assurance), et la clause de revoyure si le budget annuel venait à dépasser 680 millions d’euros. Avec ce paramétrage, le gouvernement estime « être au rendez-vous du choc assurantiel ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité