Aller au contenu principal

Meunerie
Quand la minoterie forme elle-même son meunier

Trouver un meunier déjà formé n’est pas une mince affaire, la minoterie Méchain en a fait l’expérience cette année. Son directeur Jean-Charles Levy a recruté une personne sans formation dans le domaine afin de lui apprendre le métier sur place.

Giovanni Porcheron a choisi de quitter le secteur viticole pour celui de la meunerie, en gardant la transformation d'une matière première en un produit fini.
© Giovanni Porcheron

La minoterie Méchain, installée à Courcelles, a recruté un nouveau meunier il y a un mois. Pour Jean-Charles Levy, le directeur général de l’entreprise, cette embauche était nécessaire après un départ à la retraite. « J’avais besoin d’un deuxième conducteur de cylindre pour assurer une rotation du personnel pendant les vacances. » Il a pris contact avec l’école de meunerie de Surgères pour trouver une personne formée, sans succès. « Comme ils n’avaient pas de candidat à me proposer, j’ai préféré partir d’une page blanche et former le salarié sur place. »

J'ai préféré former le salarié sur place.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité