Aller au contenu principal

Paysans et citoyens : nos liens à la terre

Véronique Duval a été journaliste et réalisatrice de documentaires. Après "Rencontre avec des paysans remarquables. Cinq fermes biologiques et paysage" paru aux éditions Sud-Ouest en 2017, "Paysans et citoyens" vient de sortir. L'autrice sera à Poitiers le vendredi 3 novembre.

Véronique Duval sera à la librairie La Bruyère vagabonde le vendredi 3 novembre, pour parler d'accès à la terre agricole.
© Vincent Clémot

Dans votre premier livre, vous faites le portrait de 5 agriculteurs dans 5 fermes bio autour de Surgères. Avec "Paysans et citoyens", sorti en septembre, vous allez partout en France chercher des exemples pour parler de la question des terres agricoles.

Je suis allée dans La Marne, Le Larzac ou encore dans le Pays basque. J'ai pu avoir des contacts d'agriculteurs à travers les groupements fonciers agricoles (GFA) citoyens, nés dans les années soixante-dix ou à travers des associations comme Terre de liens, qui fête cette année ses
20 ans. L'accès à la terre est une question centrale selon moi. Et je pense que c'est malheureusement un sujet qui passe encore plus sous les radars que tous les autres qui touchent l'agriculture aujourd'hui. Derrière, il y a la question de la transmission des exploitations mais aussi de leur agrandissement, quand on sait qu'un agriculteur sur deux va partir à la retraite d'ici 2030 mais aussi que 60 % des futurs agriculteurs ne sont pas issus du milieu agricole. Je questionne l'accès à la terre pour les jeunes générations et les difficultés à installer des jeunes justement. L'enjeu, c'est le renouvellement des générations. J'ai choisi de prendre des exemples d'initiatives qui tendent à préserver un usage agricole des terres à long terme. Je dis que mon livre est une enquête et une quête. À travers mon travail de recherches, de lectures mais aussi de rencontres et d'interviews, je cherchais à valoriser des solutions qui sont pratiquées un peu partout sur notre territoire.

Vous serez à Poitiers le vendredi 3 novembre. Vous allez en milieu rural comme Surgères ou Melle mais aussi prochainement à Paris ou Saint-Etienne. C'est important d'aller parler d'agriculture aux citadins ?

Ma volonté est de décloisonner. Les mondes rural et urbain ne se connaissent pas vraiment et il y a même parfois une peur commune entre les deux. Je crois que la population agricole, qui est plutôt minoritaire, vit des choses déterminantes pour elle, et pour nous tous d'ailleurs. Il y a des choses qui semblent irréversibles qui sont en train de se passer et la population agricole étant très discrète, notamment sur les difficultés qu'elle traverse, je crois qu'il est important de les exposer. Et la terre c'est quelque chose qui nous rassemble. Car une chose est sûre, on se nourrit tous des produits de la terre au moins 3 fois par jour. Et que ce soit en ville où à la campagne, les lecteurs qui viennent me voir dans ces rencontres littéraires sont parfois des agriculteurs mais pas seulement. Et ils me parlent tous de leurs liens à la terre même quand ils ne sont pas issus du milieu agricole.

Vous avez vécu à Paris avant de vous installer à Surgères il y a 25 ans. C'est à partir de là que vous vous êtes intéressée au milieu agricole et que vous avez eu envie d'écrire des livres ?

Oui. Je ne connaissais rien de la vie rurale. Je m'y suis épanouie en y vivant. Dans mon métier de journaliste aussi j'ai eu l'occasion de rencontrer des acteurs des campagnes et évidemment les agriculteurs. Mais j'étais souvent frustrée de ne pas avoir plus d'espaces pour parler d'eux et de leur quotidien. Je me suis lancée dans l'écriture et très rapidement c'est l'agriculture et les agriculteurs qui m'ont inspirée.

" Paysans et Citoyens, enquête sur les nouveaux liens à la terre" s'articule autour de trois parties. La première place l'accès à la terre sous un angle plutôt historique. Vous faites évidemment référence à Edgar Pisani, ministre de l'agriculture de 1961 à 1966 qui instaure les lois d'orientation agricole de 1960 et 1962. La seconde partie s'attache aux exemples d'initiatives. Dans la troisième partie vous visez l'avenir. Il y a des solutions ?

Je le crois, bien sûr, mais on n'en prend pas franchement le chemin. Les exemples dont je parle dans la deuxième partie en sont l'illustration. Je dirais même qu'il y a un foisonnement d'initiatives partout en France mais alors, comment on peut expliquer qu'on est toujours face au même problème, voire qu'il s'accentue. Dans la troisième partie, j'invite plutôt les politiques à se saisir de ces questions de l'accès à la terre. Edgar Pisani est un peu mon fil rouge car je crois qu'une grande loi de modernisation agricole est indispensable. Emmanuel Macron avait promis une grande loi foncière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Laetitia Desclaux est installée à Orches.
" Plus qu'un travail, une véritable passion "
Laëtitia Desclaux est installée depuis mai 2023 à Orches. Elle partage son expérience de jeune installée. Entrée dans le monde du…
Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La taille des haies est finalement autorisée jusqu'au 15 avril inclus.
Un mois de plus pour tailler les haies

Suite aux pluies importantes de ces dernières semaines, qui ont rendu de nombreuses parcelles inaccessibles, la date d'…

Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité