Aller au contenu principal

Par où commencer pour s’installer en agriculture ?

Avant de s’installer, il y a de multiples étapes à passer, et de nombreuses questions à se poser. La Safer a fait un point sur les accompagnements possibles et les démarches  à effectuer lors d’un webinaire organisé fin juin.

© CA Dordogne

Pour s’installer, il ne suffit pas de bénéficier d’un savoir-faire technique et de connaissances plus ou moins étoffées. « À présent, on observe une élévation du niveau des acquis sur la gestion d’une entreprise, le management, l’administratif, les démarches juridiques ou encore la commercialisation », relève Christine Navailles-Argentaa, chargée de mission installation/transmission à la chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Mais au-delà de cela, il faut déjà bien cadrer son projet et surtout ses attentes. « Il est nécessaire de se poser une série de questions comme l’équilibre que l’on souhaite avec la vie de famille, les revenus estimés pour vivre, la volonté environnementale… ».

Le premier pas à réaliser de manière concrète est la visite à un PAIT (Point accueil installation transmission), qui mettra le futur installé en relation avec les différents partenaires. « C’est le lieu pivot de l’installation, résume la responsable régionale. Après le premier rendez-vous, le processus démarre par la formation puis nous recommandons des stages pratiques, pour se confronter aux réalités du terrain ». Une étude économique est une autre action possible, qui permet de chiffrer le projet sur les quatre premières années d’activité. Elle est financée à hauteur de 600 € par l’État et la région.

Les PAIT peuvent aussi aiguiller les candidats sur de possibles aides. « Il y a la DJA, qui débloque 30 000 € en moyenne, mais comme toute aide publique, il y a certaines contraintes dont certains veulent s’affranchir. Le prêt d’honneur peut être une solution intéressante. En 2021, il y a eu 700 installations aidées sur 2 000 en Nouvelle-Aquitaine, et 150 bénéficiaires du prêt d’honneur ».

Laisser le temps de réaliser sa transmission
 

Le recours à la Safer est également intéressant car « elle propose plusieurs outils et possède la connaissance du marché, relate Nathalie Bonnefont, du service projets et investissements ruraux de la Safer Nouvelle-Aquitaine. Un référent par département travaille avec les conseillers fonciers de chaque secteur et met en relation les porteurs de projet avec les propriétaires qui souhaitent vendre ». Un petit tour par le site Internet propriete-rurale.com permet de s’inscrire en ligne pour commencer ses recherches. « Tous les candidats sont recontactés systématiquement », précise la conseillère. De plus, le porteur de projet n’a pas besoin de réitérer la totalité des démarches à chaque bien ciblé. « Des rapprochements sont aussi faits par les équipes et des relances sont faites sur les moins actifs ».

Des mécanismes existent aussi pour aider la transmission, à l’image de stockage de propriété. Mis en place par la Safer, il peut sécuriser la transmission du bien sur une durée de trois ans pour laisser le temps d’élaborer le projet. Une intermédiation locative peut également être mise en place et un fonds d’aide, Facina, permet d’aider les acheteurs à hauteur de 50 % des frais d’actes (plafonné à 1 500 €). Il existe aussi une assurance fermage, sorte de garantie fermage pour le bailleur, qui est une convention de mise à disposition quand le propriétaire ne veut pas louer ses terres. « Tout est fait pour faciliter les reprises », conclut Nathalie Bonnefont.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Grâce aux parts prises dans la société, l'exploitant percevra des intérêts et dividendes pendant toute la durée de l'engagement, qui court sur 30 ans. Une façon de créer un complément de retraite issu des énergies renouvelables.
Une société pour partager la valeur du photovoltaïque

La Fnsea 79 poursuit son programme d'accompagnement des agriculteurs au photovoltaïque. Une société dédiée est en cours de…

Christophe LIMOGES, élu Président du Syndicat des Laiteries Charentes-Poitou

Mardi 9 avril, le conseil d'administration du Syndicat des laiteries Charentes-Poitou s'est réuni et a…

Publicité