Aller au contenu principal

Dordogne
Monpazier, la bastide idéale

Sa place orthogonale précieusement conservée fait de la cité de Monpazier, dans le Périgord pourpre, un modèle parmi les bastides du Sud-Ouest.

© Lucie Roth

Au bas mot, 400 000 visiteurs franchissent chaque année les portes de Monpazier, dans le sud-est du département. Avec ses arcades et sa place centrale orthogonale, caractéristiques typiques des bastides de la région, la petite cité a en effet de quoi attirer et n’a pas usurpé son titre de “Plus beau village de France”.

« Tout a été fait pour protéger au mieux l’architecture, qui date de 1284 », précise Chloé Cantelaube, chargée de communication de la ville et du Bastideum, le centre d’interprétation de Monpazier. Fondée conjointement par Édouard Ier, roi d’Angleterre, et le seigneur de Biron, la bastide est passée alternativement entre les mains anglaises et françaises durant la Guerre de 100 ans.

Aujourd’hui encore, 32 de ses édifices sont classés ou inscrits au titre des monuments historiques et Monpazier fait partie de l’association des Villes et pays d’art et d’histoire. Toute la partie intra-muros, par laquelle on accède grâce à l’une des trois portes fortifiées percées dans les remparts encerclant la ville historique, est classée. « Toutes les bastides ont une place centrale mais celle de Monpazier est une des mieux conservées », précise Christian Lavarenne, adjoint chargé de la culture. Cela a valu à la ville d’être considérée comme un modèle idéal de bastide par de grands noms de l’architecture, parmi lesquels Le Corbusier ou Viollet-le-Duc.

Des halles aux carreyrous

Sur la place des Cornières, les halles, datant du XVIème siècle, sont également préservées du passage du temps. Elles ont conservé leurs anciennes mesures à grain et abritent toujours le marché, qui se tient tous les jeudis matins. L’église gothique, bâtie aux XIIIème et XIVème siècle, siège à l’écart de la place ; une habitude de construction dans les bastides. «  Elle fait partie des monuments à voir à Monpazier », conseille l’élu.

Christian Lavarenne invite aussi les visiteurs de Monpazier à ne pas hésiter à s’aventurer dans les carreyrous qui relient entre elles les rues de la ville, bâtie selon un plan en damier. Ces petits passages, qui servaient autrefois à évacuer, entre autres, les eaux usées, « sont aujourd’hui fleuris et très agréables à visiter ». L’un d’entre eux mène à la porte du paradis, ainsi surnommée en référence à l’époque médiévale, où l’accès à la cité permettait d’y obtenir protection.  « Les conditions de vie étaient plus favorables à l’intérieur de la bastide qu’en dehors de ses murs », précise Christian Lavarenne. « Mais à l’époque, on ne pouvait pas entrer comme ça, donc certains

Une partie des décors de cinéma sont désormais campés
au Bastideum, le centre d’interprétation de la ville.

empruntaient cette porte, de nuit, pour accéder clandestinement. »  

Artisans d'art

De nos jours, il est aussi facile d’entrer dans la bastide que d’y pousser la porte de la boutique d’un artisan d’art. Une vingtaine de professionnels des métiers d’art ont choisi de s’installer au cœur de Monpazier, qui a obtenu en 2019 le label “Ville et métiers d’art”. Vitrailliste, céramiste, maroquinier, horloger, relieuse, créatrices de vêtements ou de bijoux, les représentants de divers corps de métiers accueillent volontiers les curieux pour des démonstrations de leur savoir-faire. Chaque année, en mai, la ville propose un salon qui regroupe de nombreux artisans d’art venus de tout le département et au-delà. L’une des nombreuses facettes que Monpazier déploie pour attirer les regards... et les touristes.

Escape game dans les décors de cinéma

Avec ses façades d’époque, Monpazier a séduit nombre de réalisateurs de cinéma. Les tournages se succèdent depuis des années dans la ville, qui voyage régulièrement dans le temps. De Dany Boon à Ridley Scott, de grands noms ont posé leurs caméras place des Cornières. Le réalisateur américain y a enregistré certaines scènes du Dernier duel, sorti en 2021. Une partie des décors, récupérés après le tournage, sont désormais campés au Bastideum, le centre d’interprétation de la ville. Il propose durant toute la saison un escape game au cœur de l’univers du film. En une heure, les joueurs doivent retrouver le clap de tournage et s’échapper de la pièce en résolvant une série d’énigmes concoctées par les équipes du Bastideum. Accessible en équipe, jusqu’à six personnes, l’escape game inclut également la visite des lieux. Une occasion d’en apprendre plus sur Monpazier à travers les salles consacrées à l’histoire de la ville, mais aussi de découvrir un jardin médiéval, des jeux anciens et des expositions temporaires. Infos : Bastideum, 8 rue Galmot - 05 53 57 12 12.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité