Aller au contenu principal

Dordogne
Monpazier, la bastide idéale

Sa place orthogonale précieusement conservée fait de la cité de Monpazier, dans le Périgord pourpre, un modèle parmi les bastides du Sud-Ouest.

© Lucie Roth

Au bas mot, 400 000 visiteurs franchissent chaque année les portes de Monpazier, dans le sud-est du département. Avec ses arcades et sa place centrale orthogonale, caractéristiques typiques des bastides de la région, la petite cité a en effet de quoi attirer et n’a pas usurpé son titre de “Plus beau village de France”.

« Tout a été fait pour protéger au mieux l’architecture, qui date de 1284 », précise Chloé Cantelaube, chargée de communication de la ville et du Bastideum, le centre d’interprétation de Monpazier. Fondée conjointement par Édouard Ier, roi d’Angleterre, et le seigneur de Biron, la bastide est passée alternativement entre les mains anglaises et françaises durant la Guerre de 100 ans.

Aujourd’hui encore, 32 de ses édifices sont classés ou inscrits au titre des monuments historiques et Monpazier fait partie de l’association des Villes et pays d’art et d’histoire. Toute la partie intra-muros, par laquelle on accède grâce à l’une des trois portes fortifiées percées dans les remparts encerclant la ville historique, est classée. « Toutes les bastides ont une place centrale mais celle de Monpazier est une des mieux conservées », précise Christian Lavarenne, adjoint chargé de la culture. Cela a valu à la ville d’être considérée comme un modèle idéal de bastide par de grands noms de l’architecture, parmi lesquels Le Corbusier ou Viollet-le-Duc.

Des halles aux carreyrous

Sur la place des Cornières, les halles, datant du XVIème siècle, sont également préservées du passage du temps. Elles ont conservé leurs anciennes mesures à grain et abritent toujours le marché, qui se tient tous les jeudis matins. L’église gothique, bâtie aux XIIIème et XIVème siècle, siège à l’écart de la place ; une habitude de construction dans les bastides. «  Elle fait partie des monuments à voir à Monpazier », conseille l’élu.

Christian Lavarenne invite aussi les visiteurs de Monpazier à ne pas hésiter à s’aventurer dans les carreyrous qui relient entre elles les rues de la ville, bâtie selon un plan en damier. Ces petits passages, qui servaient autrefois à évacuer, entre autres, les eaux usées, « sont aujourd’hui fleuris et très agréables à visiter ». L’un d’entre eux mène à la porte du paradis, ainsi surnommée en référence à l’époque médiévale, où l’accès à la cité permettait d’y obtenir protection.  « Les conditions de vie étaient plus favorables à l’intérieur de la bastide qu’en dehors de ses murs », précise Christian Lavarenne. « Mais à l’époque, on ne pouvait pas entrer comme ça, donc certains

Une partie des décors de cinéma sont désormais campés
au Bastideum, le centre d’interprétation de la ville.

empruntaient cette porte, de nuit, pour accéder clandestinement. »  

Artisans d'art

De nos jours, il est aussi facile d’entrer dans la bastide que d’y pousser la porte de la boutique d’un artisan d’art. Une vingtaine de professionnels des métiers d’art ont choisi de s’installer au cœur de Monpazier, qui a obtenu en 2019 le label “Ville et métiers d’art”. Vitrailliste, céramiste, maroquinier, horloger, relieuse, créatrices de vêtements ou de bijoux, les représentants de divers corps de métiers accueillent volontiers les curieux pour des démonstrations de leur savoir-faire. Chaque année, en mai, la ville propose un salon qui regroupe de nombreux artisans d’art venus de tout le département et au-delà. L’une des nombreuses facettes que Monpazier déploie pour attirer les regards... et les touristes.

Escape game dans les décors de cinéma

Avec ses façades d’époque, Monpazier a séduit nombre de réalisateurs de cinéma. Les tournages se succèdent depuis des années dans la ville, qui voyage régulièrement dans le temps. De Dany Boon à Ridley Scott, de grands noms ont posé leurs caméras place des Cornières. Le réalisateur américain y a enregistré certaines scènes du Dernier duel, sorti en 2021. Une partie des décors, récupérés après le tournage, sont désormais campés au Bastideum, le centre d’interprétation de la ville. Il propose durant toute la saison un escape game au cœur de l’univers du film. En une heure, les joueurs doivent retrouver le clap de tournage et s’échapper de la pièce en résolvant une série d’énigmes concoctées par les équipes du Bastideum. Accessible en équipe, jusqu’à six personnes, l’escape game inclut également la visite des lieux. Une occasion d’en apprendre plus sur Monpazier à travers les salles consacrées à l’histoire de la ville, mais aussi de découvrir un jardin médiéval, des jeux anciens et des expositions temporaires. Infos : Bastideum, 8 rue Galmot - 05 53 57 12 12.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Timothée Goudeau, non issu du milieu agricole, est actuellement en parrainage sur une ferme bovine à Boisragon.
Pâturage tournant et ACS : Timothée raisonne son projet

À Boisragon, l'apprenti Timothée Goudeau se prépare à reprendre la ferme de bovins allaitants de Philippe Juin, qui part à la…

Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
En attendant l'arrivée des pigeons début septembre, Kenny Violette aménage pour mécaniser au maximum la production.
S'installer en pigeons : un projet sécurisant et familial

Kenny Violette va relancer un élevage de pigeons à Gourgé à la fin de l'été. Un projet qui lui permet d'assouvir son rêve d'…

Publicité