Aller au contenu principal

Manifestations des agriculteurs : les propositions des sénateurs LR pour sortir de l’impasse

Des sénateurs LR ont déposé mercredi 24 janvier un projet de loi pour tenter de répondre à la grogne des agriculteurs.

© DR

Supprimer le harcèlement et les stigmatisations ; détendre le système normatif ; simplifier les règles administratives et enfin rétablir la compétitivité de l’agriculture française : telles sont les quatre objectifs affichés par les sénateurs LR pour répondre à l’actuelle crise agricole. Pour parer à l’urgence de la crise, les parlementaires souhaitent prendre des mesures « simples et efficaces ». 

Ainsi le texte déposé le 24 janvier prévoit-il de protéger les agriculteurs des actes malveillants et d’alourdir les sanctions pénales pour les personnes rendues coupables d’intrusion dans les exploitations et/ou de détérioration de moyens de production. Un autre article envisage aussi de protéger les agriculteurs des recours abusifs pour troubles anormaux de voisinage. A également été évoqué l'idée de mettre fin à la plateforme Phytosignal et de reporter les plaintes directement devant les juridictions compétentes. 

Supprimer l’OFB 

Afin de « détendre le système normatif », les sénateurs LR qui ont déposé le projet de loi proposent purement et simplement la suppression de l’Office français de la biodiversité (OFB), dont la seule fonction est « de stigmatiser et de verbaliser les agriculteurs ». La proposition est de le séparer en deux entités distinctes : l’Agence française de biodiversité (AFB) d’un côté et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) de l’autre, comme en 2019. 

Allant plus loin dans le « désherbage des normes », le sénateur LR de la Haute-Loire, Laurent Duplomb, milite pour le retour de la cinquième famille des néonicotinoïdes. « Le fait d’avoir supprimé cette cinquième famille (…) crée une concurrence déloyale. Si tout le monde en Europe faisait la même chose, peut-être que ça pourrait marcher ».

 Pour assurer le retour de la compétitivité, il entend pérenniser et étendre le dispositif TO/DE mais aussi encadrer plus sévèrement les pratiques des grands distributeurs qui font appel à leurs centrales d’achat européennes pour échapper aux contraintes législatives de la matière première agricole. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Laetitia Desclaux est installée à Orches.
" Plus qu'un travail, une véritable passion "
Laëtitia Desclaux est installée depuis mai 2023 à Orches. Elle partage son expérience de jeune installée. Entrée dans le monde du…
Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La taille des haies est finalement autorisée jusqu'au 15 avril inclus.
Un mois de plus pour tailler les haies

Suite aux pluies importantes de ces dernières semaines, qui ont rendu de nombreuses parcelles inaccessibles, la date d'…

Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité