Aller au contenu principal

Les Gabirottes, entre terroir et exotisme

Des saveurs venues d'ailleurs avec du lait bien de chez nous : c'est l'esprit des Gabirottes, des fromages créés par Adiza Mousset avec la production de son mari Paul, éleveur laitier. Elle a lancé une cagnotte pour financer la construction de son local de transformation.

De petites structures de pierre, de forme conique, qui pointent dans les marais de la rive droite de l'estuaire de la Seudre : voilà ce que sont les gabirottes chères au coeur d'Adiza Mousset. « Elles me rappellent nos petites cabanes en Afrique, pour conserver les céréales », confie-t-elle avec le sourire. Un repère familier qui l'a marqué lorsqu'elle est arrivée au Gua, il y a trente ans, avec son mari Paul Mousset, rencontré trois ans plus tôt au Bénin où elle est née. Ce lien entre sa terre d'origine et sa contrée d'adoption est au coeur du projet qu'elle a officiellement lancé le 20 mars : la transformation d'une partie du lait des 65 vaches de son époux en un fromage, les Gabirottes, afin de diversifier les activités de l'exploitation.

Un fromage qui s'accommode avec tout

L'inspiration est venue du Wagashi, un fromage de son pays d'origine. « C'est une recette que font habituellement les femmes de mon village », explique Adiza Mousset. « Je l'ai apprise auprès de ma grand-mère. C'est une spécialité typiquement béninoise : j'ai des amies originaires du Congo ou du Nigéria qui ne connaissent pas. » Le système pastoral est bien différent, dans cette région aride, de celui de l'estuaire de la Seudre : le lait - de zébu, et non de vache - y est acheté aux éleveurs nomades. « Ils vont là où est l'herbe, tout au long de l'année. » Même dans sa version ''Gabirottes'', avec du lait de vache, le produit est assez différent des standards hexagonaux. « En France, on mange le fromage après un bon repas, alors qu'au Bénin c'est pendant. C'est un fromage au goût assez neutre, qui s'accommode avec tout. » Il se consomme cuit, et accompagné de préparations, en sucré ou salé.

Adiza Mousset s'était déjà lancée dans l'aventure de la production, il y a quinze ans. « Je vendais sur les marchés fermiers nocturnes de la Chambre d'agriculture », explique-t-elle. « Je faisais aussi les marchés de Rochefort le samedi, et du Gua le dimanche matin. » L'expérience a duré trois ans ; puis en 2009, l'entrepreneuse se voit contrainte de stopper la production, faute de pouvoir adapter son laboratoire aux nouvelles normes. « Elle a voulu remettre ça il y a deux-trois ans », indique Paul Mousset. « Mais j'avais d'autres projets en cours, et ça coinçait niveau financement », ajoute-t-il en évoquant son hangar photovoltaïque et sa participation au projet de méthaniseur du Chay (lire L'Agriculteur Charentais du 23 octobre dernier).
Le couple s'est donc tourné vers le système de la cagnotte en ligne, organisée par le cabinet de communication royannais Impulsdon sur la plateforme Ulule. L'objectif est de récolter 40 000 EUR qui, ajoutés aux 16 000 EUR de subventions du département et aux 17 000 EUR apportés par Adiza et Paul Mousset, financeront l'installation. L'appel aux dons, lancé le 12 mars, a déjà permis de collecter plus de 12 000 EUR ; les travaux extérieurs du local (en autoconstruction) ont donc pu débuter. L'ensemble, d'une superficie de 30 m2, sera accolé à l'actuelle laiterie, comme l'ancien labo « qui nous servira de bureau », explique Paul Mousset. La partie transformation comportera une sortie directe vers l'extérieur, pour éviter tout risque sur les produits frais. Car, même si les Gabirottes se dégustent cuisinées, « les deux seront en vente », indique l'éleveur. « On s'est dit que partir uniquement sur le cuisiné, c'était un peu risqué au début. » L'ensemble a été conçu avec le technicien Bâtiments de la Chambre d'agriculture, Ludovic Coget, et Sylvain Drillaud, spécialiste en transformation fromagère de l'Enilia de Surgères. « Il va aussi nous suivre pour l'agrément sanitaire, et nous guider lors de l'aménagement. »

Une possibilité pour les menus sans viande

L'objectif pour la mise en service du bâtiment, c'est la prochaine rentrée scolaire, à temps pour commencer à alimenter les cantines. Un marché que connaît bien Adiza Mousset - elle travaille au restaurant scolaire du Gua - et qui représente un débouché intéressant, au moment où la question des menus végétariens s'invite dans les discussions. « Ça apporte ce qu'il faut en protéines », assure-t-elle. « C'est un fromage qui va pouvoir dans certains cas remplacer la viande », assure la vice-présidente du Département, Françoise de Roffignac. Une option qui intéresse les élus locaux présents, Vincent Barraud (maire d'Étaules et président de la Communauté d'agglomération Royan Atlantique) et Patrice Brouhard (maire du Gua et président de la Communauté de communes du bassin de Marennes), amateur de Gabirottes depuis qu'il y a goûté il y a une dizaine d'années. De belles perspectives donc pour le projet d'Adiza Mousset, qui constitue, selon le député européen Benoît Biteau, qui l'accompagne depuis plusieurs mois, « au-delà du projet agricole, de belles leçons d'humanité : un symbole remarquable, le symbole d'Adiza, qui vient d'Afrique mais qui adopte et est adoptée par ce territoire. »

Si vous souhaitez participer à la cagnotte en ligne :
> Rendez-vous sur le site : https://fr.ulule.com/mamadiza/ avant le 28 mai prochain

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Grâce aux parts prises dans la société, l'exploitant percevra des intérêts et dividendes pendant toute la durée de l'engagement, qui court sur 30 ans. Une façon de créer un complément de retraite issu des énergies renouvelables.
Une société pour partager la valeur du photovoltaïque

La Fnsea 79 poursuit son programme d'accompagnement des agriculteurs au photovoltaïque. Une société dédiée est en cours de…

Christophe LIMOGES, élu Président du Syndicat des Laiteries Charentes-Poitou

Mardi 9 avril, le conseil d'administration du Syndicat des laiteries Charentes-Poitou s'est réuni et a…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Publicité