Aller au contenu principal

Concours
Les Conviviales attirent au-delà du département

La 26ème édition des Conviviales s'est tenue dans un contexte porteur
pour la filière, avec un cours de la viande plus élevé depuis deux ans. L'évènement a accueilli trois nouveaux éleveurs, venus de la Vienne et de la Sarthe.

Les générations se mêlent sur le ring, lors du concours des Conviviales d'automne, les 3 et 4 novembre, au Bocapole de Bressuire. "Avance Papy", souffle un jeune homme à son grand-père alors qu'ils présentent leur veau lors du challenge Bien Naître. Les éleveurs retraités, béret vissé sur la tête et canne à la main, observent attentivement les nouvelles générations monter. De nombreux enfants d'éleveurs s'activent près de leurs parents pour brosser, lustrer et peigner fin les belles bêtes dans les allées du grand hall.

Trois nouveaux exposants

Les habitués de l'évènement accueillent des nouveaux, venus d'au-delà des Deux-Sèvres. "Nous sommes éleveurs dans la Sarthe", se présente Gaëlle Veille, associée avec son mari Alexandre. "Nous étions présents l'an dernier comme visiteurs. Cette année, on a profité de la venue d'autres éleveurs sarthois pour faire un convoi commun". Après Le Mans et Cournon, le couple se mesure aux Conviviales avec trois animaux, une vache classée dernière, une autre de 18 mois troisième et une génisse en deuxième place !

Retrouvez le palmarès sur charolaise.fr

Installé depuis quatre ans dans la Sarthe également, Alexis Morançais faisait son premier concours hors département : "C'est un autre niveau !" sourit-il. Non issu du milieu agricole, il est passionné depuis toujours par les concours. Il cherche à améliorer la génétique de son troupeau : "Il y a encore du travail à faire", reconnaît-il.

Un troisième nouvel exposant amenait deux animaux de la Vienne. Aux visiteurs locaux s'ajoutaient de nouvelles têtes de départements plus éloignés : "Le périmètre s'est agrandi, a observé Catherine Gallard, co-présidente de l'Association des éleveurs Charolais des Deux-Sèvres. Nous avons eu des visiteurs de la Mayenne, d'autres de Vendée qui venaient pour la première fois".

Un groupe d'éleveurs a fait le déplacement depuis l'Allemagne : "Ils ont une association d'éleveurs charolais en Bavière, explique Emmanuel Turpeau, co-président de l'association départementale. Leur président a jugé le trophée international, qui rassemble les quatre champions du jour : les prix d'honneur veau mâle et veau femelle, les champions mâle et femelle adultes". Le trophée international a été remis à Thierry Prain, de Vue (44).

Un rendez-vous toujours plus attractif

De la satisfaction, c'est ce que retire Emmanuel Turpeau de l'attractivité de ce rendez-vous. "La dimension conviviale de la manifestation est toujours là, dans ce site très confortable où nous avons les animaux, le ring, la restauration dans la même salle, grâce à nos 150 sponsors", souligne-t-il.

On observe une montée en gamme dans le choix des reproducteurs

136 animaux ont concouru cette année, issus de 42 élevages. La menace sanitaire n'a pas atteint l'évènement : "Nous avons renforcé le protocole avec la désinsectisation des animaux, lavage des camions et désinfection des bétaillères. C'est contraignant, mais nécessaire pour maintenir la manifestation", relève-t-il.

Les acteurs de la filière étaient unanimes pour apprécier la conjoncture actuelle de la race charolaise, avec des tarifs de la viande qui se maintiennent. "Cette conjoncture encourage l'investissement dans la génétique des élevages. On observe une montée en gamme dans le choix des reproducteurs", souligne Catherine Gallard.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Publicité