Aller au contenu principal

L'Atelier des Vallées prend forme

L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers. Le point sur ce projet qui réunit 11 éleveurs et maraîchers, ainsi que des collectivités.

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
© Atelier des 6 vallées

Produire, transformer et vendre les productions agricoles en local, c'est ce qui a poussé une dizaine d'agriculteurs de la Vienne à réfléchir à la mise en place d'un outil de découpe. Dans le même temps, les collectivités locales, notamment dans le cadre de la mise en place de leur projet alimentaire territorial, étaient à la recherche de solutions d'approvisionnement pour la restauration collective qu'elles gèrent (cantines scolaires ou des Ehpad). Tout ce petit monde s'est finalement retrouvé dans un projet commun : l'Atelier des Vallées. "C'est un outil de prestation, qui va pouvoir gérer l'abattage des volailles, la découpe de toutes les viandes, leur transformation en saucisses ou steaks hachés par exemple, le séchage de la charcuterie, et qui disposera d'une légumerie pour les maraîchers" explique Oswaldo Rodriguez, éleveur à Fontaine-le-Comte et actionnaire de la Scic. Pour les agriculteurs impliqués dans le projet (lire ci-dessous), c'est l'assurance de disposer à proximité de leur exploitation d'un tel outil, qui serait évidemment lourd à rentabiliser seul. Pour les agriculteurs qui ne sont pas actionnaires, mais aussi toute autre structure (comme un restaurant ou une autre collectivité locale), l'Atelier pourra être utilisé.

Pour les restaurateurs ou cantines aussi

"Un restaurant pourra par exemple acheter une carcasse et la faire transformer ici" détaille Juliette Texier, cheffe de projet de l'Atelier, qui ajoute que des contacts ont notamment été pris avec le CHU et le Crouss de Poitiers. "Pour l'instant, le prix des prestations sera le même pour les clients et les sociétaires" détaille Oswaldo Rodriguez, qui précise qu'il est toujours tant de rejoindre le projet en tant qu'actionnaire ou de client. "En tant que sociétaire, on peut aussi choisir de tout réaliser soi-même, en utilisant l'outil" ajoute François Crouigneau, éleveur à Aslonnes. Les prestations pourront concerner les agneaux et brebis, porcs, chevreaux et chèvres, volailles, vaches et génisses et vont nécessiter l'embauche d'un ou deux bouchers, mais aussi 3 employés polyvalents. "L'atelier de découpe pourra prendre en charge 97,5 tonnes d'animaux, et près de 54 000 volailles pour l'abattage. L'activité de transformation permettra de produire 72,3 tonnes de produits finis" explique Juliette Texier. Concrètement, c'est dans la zone artisanale de la Pazioterie, à Coulombiers, que sera installé cet atelier de 700 m2. C'est Grand Poitiers qui va réaliser l'investissement. Dans quelques semaines, un appel d'offres sera lancé pour le choix du maître d'œuvre, et le permis de construire devrait être déposé durant l'été, pour des premiers coups de pioche début 2025, et une mise en service un an plus tard.

Montage juridique

Pour porter cet atelier, c'est une Société coopérative d'intérêt collectif qui a été créée. "Nous avons fait ce choix pour avoir la maîtrise de l'outil et permettre le partenariat avec les collectivités, ce qui apporte un financement plus important" explique  Oswaldo Rodriguez. Les 11 agriculteurs impliqués dans le projet (La ferme des Clouères, les Berges du Clos, EARL des Pervenches, Gaec des Saulines, Maison Clochard, Ferme de la Bonnellerie, Domaine du Parc, la Graine de Ferme, la Ferme du chant de bois, Alexis Roy et Gaec Gaillard HVB) y ont pris des parts sociales (selon les volumes qu'ils apporteront), ainsi que Grand Poitiers, la communauté de communes des Vallées du Clain et le lycée agricole de Venours. Les salariés de la Scic peuvent aussi prendre des parts sociales. Le capital (de 136000 €) est détenu à 51% par les producteurs, qui restent donc majoritaires. Enfin, c'est Grand Poitiers qui va se charger de la construction du bâtiment, qu'elle louera à l'Atelier, et lui cédera dans 20 ans. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité