Aller au contenu principal

Salon régional de l'agriculture
L'amour de l'élevage

Le Salon de l’Agriculture Nouvelle-Aquitaine est l’occasion pour la profession d’insister sur l’aspect humain et la relation forte reliant l’éleveur à ses animaux.

L’espace ‘‘Pas d’élevage sans amour’’, avec ses six races différentes, permet aux visiteurs de profiter de la diversité de l’élevage bovin régional pendant tout le SANA.
L’espace ‘‘Pas d’élevage sans amour’’, avec ses six races différentes, permet aux visiteurs de profiter de la diversité de l’élevage bovin régional pendant tout le SANA.
© Sylvain Desgroppes

L’espace ‘‘Pas d’élevage sans amour’’ aménagé en face du ring central dédié aux concours bovins du Salon de l’Agriculture Nouvelle-Aquitaine a séduit le grand public. « On a repris l’opération de communication que la race Limousine a lancée il y a cinq ans, dans le but de montrer, par des photos, l’amour existant entre l’éleveur et ses animaux », commence Thomas Cerciat. Le conseiller élevage environnement de la chambre d’agriculture de la Gironde, très actif autour des races bovines pendant le SANA, explique cependant les évolutions apportées :

« On a gardé cette idée de souligner le lien entre l’Homme et l’animal, mais en mettant surtout en avant les éleveurs. On veut raconter l’histoire, l’aventure humaine derrière chacun d’entre eux. »

Les quatre races en concours pendant Aquitanima, ainsi que les Jersiaises et les Charolaises, sont toutes représentées par deux spécimens. À côté de chaque bovin et de son nom, un QR code à flasher renvoie vers une publication postée sur les réseaux sociaux. « Cela permet de découvrir que derrière les exploitations, il y a des histoires humaines à raconter », juge Thomas Cerciat.

La famille Comby (Jersiaise) et la famille Soulard (Charolaise) témoignent de la transmission familiale autour de la passion pour leurs races, Amandine Berguer, passionnée de Bazadaise, est salariée du lycée agricole de Bazas où elle a étudié, Jean-Pierre Planté va voir son élevage de Blondes d’Aquitaine se poursuivre au féminin avec l’installation de ses deux filles. À découvrir...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Grâce aux parts prises dans la société, l'exploitant percevra des intérêts et dividendes pendant toute la durée de l'engagement, qui court sur 30 ans. Une façon de créer un complément de retraite issu des énergies renouvelables.
Une société pour partager la valeur du photovoltaïque

La Fnsea 79 poursuit son programme d'accompagnement des agriculteurs au photovoltaïque. Une société dédiée est en cours de…

Christophe LIMOGES, élu Président du Syndicat des Laiteries Charentes-Poitou

Mardi 9 avril, le conseil d'administration du Syndicat des laiteries Charentes-Poitou s'est réuni et a…

Publicité