Aller au contenu principal

Événement
La rencontre des distillations

St-Georges-des-Coteaux accueillera, du 24 au 27 mai, les congrès nationaux des distillateurs ambulants et bouilleurs de cru, qui pourront en profiter pour découvrir les techniques charentaises de production d'eau-de-vie.

Ce congrès intervient alors que la demande en distillation se porte bien. "On a fait une bonne saison cette année en Charente-Maritime", témoigne Georges Magny. "C'est pour ça qu'il faut qu'on communique sur notre métier en expliquant que tout le monde a le droit de distiller pour sa consommation personnelle."
Ce congrès intervient alors que la demande en distillation se porte bien. "On a fait une bonne saison cette année en Charente-Maritime", témoigne Georges Magny. "C'est pour ça qu'il faut qu'on communique sur notre métier en expliquant que tout le monde a le droit de distiller pour sa consommation personnelle."
© Kévin Brancaleoni

Quand on parle de distillation dans les Charentes, c'est bien souvent pour évoquer le produit phare qu'est le cognac, ou son dérivé, le pineau. 

Il existe pourtant encore quelques distillateurs ambulants qui ne font ni l'un ni l'autre : ils sont trois à être actifs en Charente-Maritime, sur les 800 environ que compte le pays. 

Georges Magny, agriculteur à Breuil-la-Réorte, est l'un d'eux. Administrateur au sein du bureau de la Commission nationale des bouilleurs ambulants et des pressureurs à façon, il a organisé la prochaine assemblée générale de ce syndicat. Elle aura lieu à St-Georges-des-Coteaux, du 24 et 27 mai ; le Congrès national des bouilleurs de cru récoltants de fruits frais se tiendra également.

Les premiers sont les distillateurs, les deuxièmes leurs clients ; tous ont vu leurs effectifs fondre depuis le début des années 1960, lorsque l'État a rendu intransmissible les privilèges qui permettaient des exonérations de taxe sur les 10 premiers litres d'alcool pur distillés. Toutefois, un changement de braquet est intervenu en début d'année avec une exonération fiscale portant désormais sur 50 litres ; une façon, selon le ministère de l'Économie, "d'assurer une équité avec les autres formes d'alcools (vins, cidres, poirés, hydromels et produits de la vigne) exonérés au titre de l'autoconsommation par le producteur". C'est donc dans un contexte favorable pour la préservation du métier que les deux professions se retrouveront cette année.

Marché et repas locaux

Après l'assemblée générale des distillateurs ambulants le samedi matin, une présentation sera effectuée à 15h pour présenter la distillation cognaçaise et les méthodes suivies par les différentes maisons. "Nous ne travaillons que pour des particuliers et de rares professionnels", explique Georges Magny, "mais comme nous sommes dans la région du cognac, il semblait intéressant de faire le lien entre nos deux fonctionnements." Une visite dans le vignoble, le lundi, permettra d'approfondir cette thématique.

Entretemps, le dimanche matin sera davantage tourné vers le grand public, avec l'organisation d'un marché fermier où seront vendus des produits locaux : huîtres, fruits et légumes, miel, œufs, vins... Des véhicules anciens seront aussi exposés. Un tonnelier et deux chaudronniers, venus de La Rochelle et Jarnac-Champagne, seront également présents pour démontrer leur savoir-faire. Le tout devrait intéresser tant les congressistes que la population locale, espère Georges Magny : "l'idée est de mélanger le public avec les distillateurs ambulants, afin qu'ils puissent parler de leur métier, montrer que la distillation pour les particuliers est toujours possible". C'est le cas pour les techniques des chaudronniers : "c'est très compliqué d'en trouver qui sont capables d'entretenir nos machines, et là, ils seront deux", note le distillateur.

La matinée sera conclue par un repas de produits locaux* préparé par les JA17, syndicat auquel appartient Georges Magny et qui l'aide pour l'organisation de l'événement. Ses amis, sa famille et ses voisins seront aussi de la partie en tant que bénévoles pour garantir la réussite de ce rendez-vous entre professionnels voués à la création de produits "uniques et de qualité".

 

* 20€ par personne, avec un verre d'apéritif, huîtres et/ou terrine de campagne, moules ou saucisses paysannes avec frites fraîches, fromage, crème fouettée et galette charentaise. Renseignements et réservation auprès de Georges Magny au 06 31 57 43 55

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Timothée Goudeau, non issu du milieu agricole, est actuellement en parrainage sur une ferme bovine à Boisragon.
Pâturage tournant et ACS : Timothée raisonne son projet

À Boisragon, l'apprenti Timothée Goudeau se prépare à reprendre la ferme de bovins allaitants de Philippe Juin, qui part à la…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
En attendant l'arrivée des pigeons début septembre, Kenny Violette aménage pour mécaniser au maximum la production.
S'installer en pigeons : un projet sécurisant et familial

Kenny Violette va relancer un élevage de pigeons à Gourgé à la fin de l'été. Un projet qui lui permet d'assouvir son rêve d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Publicité