Aller au contenu principal

La région lance un état des lieux sur la gestion de l’eau

Les enjeux climatiques comme démographiques laissent prévoir des difficultés quant aux usages de l’eau. La région Nouvelle-Aquitaine propose une réflexion concertée autour des orientations à long terme.

Alain Rousset, le président de la Nouvelle-Aquitaine, se veut être « un fédérateur de toutes les parties » pour arriver à une réflexion globale sur la gestion de l’eau régionale.
Alain Rousset, le président de la Nouvelle-Aquitaine, se veut être « un fédérateur de toutes les parties » pour arriver à une réflexion globale sur la gestion de l’eau régionale.
© ORE

La taille de la Nouvelle-Aquitaine et la diversité de ses territoires induit des différences importantes dans les usages de l’eau. Cultures irriguées dans le sud de la région, métropole bordelaise de 760 000 habitants, centrales nucléaires à Blaye et à Civaux… L’utilisation de la ressource en eau en Poitou-Charentes répond à des enjeux différents et peut-être bientôt concurrents.
« On est dans une phase de réchauffement climatique qui impacte, avec les usages humains, la ressource et sa qualité, notait Alain Rousset, président de la région. Sur les quantités rejetées, la moyenne serait de 150 litres d’eau par habitant et par jour. C’est énorme. Que fait-on de cette eau ? Est-ce qu’elle ne pourrait pas, moyennant une filtration innovante, revenir pour l’irrigation ? Notre souci, c’est d’amener tout le monde à une stratégie pour les 10, 20 ou 30 années qui viennent. Les prévisions parlent d’un débit divisé par deux et ce que disait le professeur Legube c’est que le Sud-Ouest, dans les vingt années qui viennent, va être plus touché que le Sud-Est. Les Pyrénées et le Massif central, ce n’est pas les Alpes. »

« Quand les températures augmentent de 1 %, la consommation augmente de 3 % », résumait Alain Rousset. Ces préoccupations amènent la Nouvelle-Aquitaine à proposer une « politique régionale de l’eau ». Dans ce domaine, la région n’a pas de compétence prescriptive. Elle « se conçoit plutôt comme un animateur, un fédérateur de toutes les parties », précisait Alain Rousset

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité